Oh my God!

Cadillac CTS-V 2009 : premières impressions

Cadillac CTS-V 2009 : premières impressions
Quand vient le temps de parler de la CTS-V, je dois admettre que les idées se bousculent. Par où commencer ? On peut parler de sa puissance outrageuse qui en fait la berline la plus puissante jamais produite par un constructeur américain, de son incroyable sonorité issue du V8, de ses qualités dynamiques ou encore du fait qu'elle soit enfin la première véritable réponse américaine aux monstres de performance allemands; je m'y perds.

Simplement, cette voiture est hors de l'ordinaire, elle est belle et sexy tout en conservant une grande classe.

Une chose est certaine, ce qu'on a entre les mains est spécial. Évolution extraordinaire par rapport au premier essai de GM dans la catégorie, la nouvelle génération de la CTS-V gagne 156 chevaux en plus d'un nombre incalculable de réglages dynamiques qui en font une voiture définie selon le Nürburgring.

En matière d'esthétique, la ressemblance avec un fier-à-bras est notable. Les renflements et les galbes exagérés modifiant les lignes personnalisent la CTS-V; ces lignes aiguisées qui cherchent à rajeunir la clientèle. En effet, on doit être un amateur du nouveau langage, disons que je m'y retrouve, mais l'acheteur historique de la marque doit être perplexe.

Cadillac insiste depuis sa renaissance pour dire que ses produits sont de classe internationale et qu'ils n'ont rien à envier aux grandes marques allemandes. On pouvait se permettre d'en douter à l'époque, mais l'arrivée de la CTS-V 2009 permet véritablement d'affronter la concurrence sans le moindre doute sur ses capacités. En plus des performances, le niveau de finition flirte avec ce qui se fait de mieux tout comme la sélection des matériaux qui est d'une grande qualité.

L'intérieur est somptueux, les sièges en cuir épousent les courbes du corps. L'essentiel, même en utilisation quotidienne, le confort, est d'exception. Les réglages sont nombreux pour les personnes de toutes tailles. Le tableau de bord offre un design recherché avec ses appliques de laqué noir. L'incorporation de l'écran de navigation partiellement rétractable dans la partie supérieure est ingénieuse et efficace. La consultation de l'instrumentation est facile et d'un bel effet.

La résistance, et toute une !
Dire que sous l'imposant capot de la CTS-V se cache un monstre mécanique est un euphémisme. En fait, avec sa puissance de 556 chevaux et son couple de 551 livres-pieds, chaque accélération modifie un peu l'inclinaison de la Terre. Avec des accélérations annoncées de 3,9 secondes, on peut dire qu'elle est rapide. Malheureusement, les conditions de l'essai n'ont pas permis de répertorier l'exploit.

L'intérieur est somptueux, les sièges en cuir épousent les courbes du corps.

Par Bertrand Godin,

Pas de commentaire