La dolce Vita selon Fiat

Fiat 500 Lounge 2012 : essai routier

Fiat 500 Lounge 2012 : essai routier
Le nom Fiat évoque des piazzas médiévales ensoleillées, l’air de la Méditerranée et l’odeur intoxicante de l’espresso. Fabriquée de 1957 à 1975 en tant que citadine économique d’après-guerre, l’emblématique Fiat 500, ou la Cinquecento comme on l’appelle en son Italie natale, sillonne encore couramment les routes du Vieux Continent.

Comme la Mini et la Beetle, la Fiat 500 2012 est une réinterprétation d’une icône bien-aimée, reprenant l’accessibilité classique d’une voiture du peuple, mais la reformulant pour créer quelque chose de tout nouveau, mais toujours familier.

La Fiat 500 2012 est une réinterprétation d’une icône bien-aimée, reprenant l’accessibilité classique d’une voiture du peuple. (Photo: Lesley Wimbush/Auto123.com)

Une stratégie rusée de la part du constructeur qui a pris le gouvernail chez Chrysler : lancer un modèle si catégoriquement italien. Depuis sa grande première au Salon de Toronto en 2010, la nouvelle Fiat 500 a connu un succès monstre au Canada. Une puce aux yeux globuleux et aux courbes rebondies à l’intérieur comme à l’extérieur, qu’on se le dise, la Fiat 500 est mignonne comme tout.

On la compare inévitablement à la Mini, puisque les deux exploitent leur héritage populaire, nous la servant avec une bonne dose d’exubérance. La Fiat 500 semble effectivement avoir la Mini dans sa ligne de mire, et elle lui coupe l’herbe sous les pieds avec un prix de base de seulement 15 995 $ par rapport aux 21 950 $ de la Mini Cooper.

Ce qui la met à la portée des acheteurs de Yaris et Versa, prouvant du coup que les petites voitures économiques ne sont pas forcément une pénitence. Nous Nord-Américains découvrons tout juste aujourd’hui ce que les Européens savent depuis des décennies : quand on parle de voitures, les petits pots peuvent contenir les meilleurs onguents!

Avec la Lounge haut de gamme, j’ai découvert un véritable antidépresseur sur roues. Je ne pouvais m’empêcher de sourire chaque fois que j’empoignais le volant, même si je me sentais un peu comme un cliché, la blonde dans la voiture de fille. Or, parmi les gens qui m’ont posé des questions se trouvaient des hommes. Et, oui, ils étaient intéressés à la voiture seulement!

Ma 500 Bianco Perla présentait une belle petite silhouette nette reposant sur de grandes jantes à multiples rayons. Mais c’est l’habitacle qui fait le plus jaser. Oubliez le linéaire et le minimaliste : tout est rétro, lumineux, gai.

Ma 500 Bianco Perla présentait une belle petite silhouette nette reposant sur de grandes jantes à multiples rayons. (Photo: Lesley Wimbush/Auto123.com)

Par Lesley Wimbush,

Pas de commentaire