Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mohs Ostentatienne Opera Sedan 1967 : ostentatoire… et franchement laide

Dans la longue et fabuleuse histoire de l’automobile, de nombreux véhicules exotiques et excentriques ont été créés par des hommes tout aussi… uniques. Le modèle que l’on vous présente ici s’inscrit d’emblée dans cette liste.

Bruce Mohs, le créateur de cette chose, doit-il être qualifié de visionnaire ou d’hurluberlu ? Chose certaine, sa voiture n’était pas de son temps. L’Ostentatienne avait beau vouloir offrir le nec plus ultra en matière de luxe, elle y allait peut-être un peu trop fort. Au final, personne ne s’y est vraiment intéressé.

En fait, elle aurait peut-être connu plus de succès à la fin des années 90 alors que le gratin d’Hollywood voulait être vu au volant de Cadillac Escalade et de Lincoln Navigator. C’est ce qu’offrait l’Ostentatienne ; la chance d’être vu.

Et, franchement, comment voulez-vous passer inaperçu à bord de cette caricature sur roues ?

Impossible.

Cette dernière repose sur le châssis du modèle de camion Travelall d’International. Ses roues font 20 pouces et son moteur est un V8 de 304 pouces cubes qui propose 250 chevaux.

C’est peu pour déplacer une masse de 6100 livres. Plusieurs se questionnent afin de savoir pourquoi Bruce Mohs n’a pas utilisé la mécanique V8 de 392 pouces cubes que proposait International, mais il est fort probable qu’au moment de la conception de la voiture, ce moteur n’était pas encore introduit.

En fait, même si l’Ostentatienne est officiellement une 1967, disons que ses premiers jets nous ramènent probablement quelques années en arrière.

Pour ce qui est de ses caractéristiques, elles sont complètement flyées. Prenez l’entrée, par exemple, qui ne pouvait se faire qu’à l’arrière grâce à une portière qui nous rappelle celle d’un avion privé. L’intérieur et la disposition des sièges, d’ailleurs, nous renvoient à ce que l’on retrouve à l’intérieur d’un fuselage.

L’espace à bord est très généreux, spécialement pour la tête. Bruce Mohs était obsédé par la sécurité et voulait un environnement où les passagers seraient protégés en cas d’impact.

À l’avant, le dégagement pour le conducteur demeure étrangement exigu. Cependant, le tableau de bord cache une prise de 110 volts et un frigo.

Prix à l’époque : 19 600 $ américains.

L’Ostentatienne est demeurée la propriété de son créateur qui est décédé en 2015. La voiture reposerait aujourd’hui dans un musée, en Illinois. Elle a été restaurée en 2009 par deux écoles du Wisconsin, état où était localisé le siège social de l’entreprise de Bruce Mohs.

En terminant, si le style de la voiture vous est familier, sachez que Bruce Mohs est revenu à la charge en 1972 avec la SafariKar, une bibitte encore plus excentrique que nous avons déjà vu et photographié au rassemblement automobile de Hershey. Trois modèles de cette dernière ont vu le jour entre 1972 et 1979.

Jusqu'où peut friser le ridicule en conception automobile ? Une analyse de l'Ostentatienne de Bruce Mohs nous en donne une très bonne idée. Saluons l'audace, au moins.