Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Animosité entre les pilotes indiens et Force India

F1: Animosité entre les pilotes indiens et Force India

Par ,

D’après GMM

Il semble de plus en plus évident que le milliardaire Vijay Mallya, propriétaire de l’écurie Force India, n’aura pas bientôt un de ses compatriotes au volant de ses monoplaces de Formule 1.

À seulement trois mois du premier Grand Prix d’Inde, Mallya est entré dans une guerre de mots avec les deux seuls pilotes indiens de F1.

« Je ne peux qu’être très triste pour eux, » de dire Mallya à propos de Karun Chandhok, pilote de réserve du Team Lotus, et Narain Karthikeyan, qui vient de perdre son volant chez Hispania.

« Ils ne trouvent que des volants au sein d’écuries qui n’arrivent pas à courir convenablement. Si c’est ce qu’ils désirent faire, c’est-à-dire conduire une F1 pour le plaisir de le faire et se retrouver en queue de peloton, je ne peux rien y faire, » d’ajouter Mallya.

Karun Chandhok, Team Lotus (Photo: Team Lotus)

Le milliardaire a mis sur pied un programme afin de trouver le pilote Indien le plus talentueux afin de le faire courir en F1. « Il doit bien y avoir un pilote de grand talent en Inde. Et je suis déterminé à le trouver, » insiste Mallya.

Ces mots ont fait bondir de colère Chandhok dont le père Vicky est un officiel important du sport automobile indien.

« Je crois que c’est un peu désolant d’entendre le directeur de l’ASN indien (Mallya) dire d’abord qu’il en a beaucoup fait pour les pilotes indiens, puis de critiquer les deux seuls pilotes indiens en F1, » de dire Chandhok à l’agence de presse Reuters.

« Si vous désirez critiquer des gens, faites-le au moins avec des faits tangibles. Puisqu’il ne nous (Narain et moi) a jamais fait rouler à bord de sa voiture, il n’a pas ces faits en main, » ajoute-t-il.

Chandhok a aussi vivement critiqué le programme de recherche de pilotes instauré par Mallya.

« Vous ne trouverez jamais la prochaine star indienne en organisant des courses avec des karts de location à moteurs quatre temps sur des pistes de 400 mètres faites en béton… » de préciser Chandhok.