Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

BMW M3 2015 : essai routier

BMW M3 2015 : essai routier

La M3 est-elle encore sacrée? Par ,

J'ai eu la chance et le plaisir de conduire quelques-unes des meilleures voitures au monde cette année, dont la Jaguar F-Type Coupé, l'Audi R8, la Porsche 911 GT3 et même la Chevrolet Camaro Z/28. J'allais ajouter la nouvelle BMW M3 2015 (F80) à cette liste, mais après l'avoir essayée, je dois me raviser. 

Comme la plupart des légendes de l'automobile (je pense notamment à la GTI originale et à la Miata), la M3 a débuté sa carrière comme une voiture sport sans prétention conçue pour se payer du bon temps sur la route. Au fil des ans, elle s'est avérée beaucoup plus amusante à conduire qu'elle le laissait croire. 

La M3 sacrée
La 1re génération (E30) a rapidement gagné de la notoriété. Les 2 suivantes (E36 et E46) ont gardé ce côté sans prétention, ce qui les rendait très attrayantes aux yeux des véritables connaisseurs. La 4e génération (E90/E92/E93) s'en est un peu éloignée, mais on pouvait encore trouver les racines de l'originale en creusant loin et fort.

Personnellement, je trouve que cette M3 a permis à BMW d'attirer plus d'acheteurs potentiels... pour la simple et bonne raison qu'il s'agissait de la Série 3 la plus dispendieuse au menu. La nouvelle 2015 (F80) réitère cette fâcheuse tendance. 

La M3 a toujours été synonyme d'équilibre. Pensez-y : BMW aime se vanter de la répartition du poids parfaite, du roulement contrôlé, de la performance et de l'efficacité de ses voitures. On pouvait en dire autant de la M3, du moins jusqu'à la E90.

Maintenant, c'est encore pire : la BMW M3 2015 n'a rien de subtil ni sans prétention (idem pour la M4). Elle provoque, dérange, intimide et surtout ne s'en cache pas. Du même coup, elle ne se comporte et ne se conduit plus comme une vraie M3. 

Puissance M
Avant d'aller plus loin avec mes critiques, je vais parler un peu des points positifs de la M3 2015. Tout d'abord, elle est incroyablement rapide, en grande partie parce qu'elle utilise pour la première fois de son histoire un moteur turbocompressé. 

Les chiffres : 425 chevaux de 5 500 à 7 300 tours/minute et 406 livres-pied de couple de 1 850 à 5 500 tours/minute, grâce à un moteur biturbo à 6 cylindres en ligne de 3,0 L. Et ça, c'est davantage ce qu'on obtient au niveau des roues que du vilebrequin. Bref, la M3 2015 est un monstre. 

Cœurs sensibles s'abstenir
Voilà justement ce que je n'aime pas : pour appuyer sa puissance monstrueuse, BMW a cru bon d'installer une suspension hyper rigide et inconfortable, question que les acheteurs croient mettre la main sur un bolide spécial. Le roulement de la nouvelle M3 est une honte. Certes, la voiture colle à la chaussée comme un morceau de gomme dans les cheveux, mais si l'on ne roule pas sur un circuit ou sur l'autobahn, mieux vaut prendre des Gravol au préalable.

La direction est lourde et précise, mais elle ne communique vraiment pas assez bien pour une M3. On dirait que l'obsession de BMW pour le muscle, la puissance et la technologie a mis trop de poids sur les épaules de la machine, au détriment des sensations. J'ai des petites nouvelles pour eux : ce n'est pas tout le monde qui veut ça!

Dieu merci, les freins sont aussi coriaces que je l'espérais, ralentissant la M3 avec un aplomb et une promptitude spectaculaires — encore plus quand elle est munie des freins M en carbone-céramique (optionnels). 
 
Malheureusement, je dois encore revenir au négatif, cette fois-ci pour parler de la boîte M à double embrayage. Tout comme la suspension, elle manque cruellement de raffinement. Nous savons pourtant tous que les Allemands sont capables de nous offrir des boîtes à double embrayage exceptionnelles (pensons à la PDK de la Porsche 911 Turbo S ou GT3), alors que s'est-il passé ici? Peu importe le mode sélectionné (et c'est vrai pour tous les aspects de la conduite de la M3), les passages sont brusques, secs et plutôt irritants.

L'ultime M n'est plus
La sensation et le caractère que partageaient les générations E30, E36 et E46 se sont dilués avec l'arrivée de la E90. Maintenant, ils ont complètement disparu. Jusqu'à un certain point, conduire la BMW M3 2015 donne l'impression de jouer à un jeu vidéo — à l'instar de la Nissan GT-R que j'ai brièvement réessayée il n'y a pas si longtemps. 

Look percutant
J'ai abordé un tantinet la question du design tout à l'heure et, pour être honnête, je dois dire que la nouvelle M3 m'émerveille et m'envoûte avec sa grande beauté, surtout peinte en Bleu Yas Marina. À ses côtés, je me retourne souvent pour mieux l'admirer et me convaincre que je ne rêve pas. Tellement sexy! 

D'autre part, l'habitacle est typique d'une BMW : bien aménagé, d'excellents sièges ainsi que des matériaux et une finition de première qualité. 

Où est la RS4?
La M3 que je connais et que j'aime est morte. Ça m'attriste beaucoup parce que j'adore les berlines — plus que n'importe quel coupé, en fait. Encore plus déprimant, les seules alternatives de puissance comparable sont la Cadillac CTS Vsport et la Dodge Charger SRT. 

Si la BMW M3 2015 vous intéresse quand même, sachez qu'elle se vend à partir de 74 000 $ et que son prix peut dépasser 100 000 $ en ajoutant une foule d'options. 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
BMW M3 2015
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    BMW M3 2015
    BMW M3 2015
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler