Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Volkswagen Touareg Comfortline TDI diesel propre 2011 : essai routier

Volkswagen Touareg Comfortline TDI diesel propre 2011 : essai routier

Non, ce n'est pas un «Sour-Toe-reg»... Par ,

Je l'avoue, ce titre ne tient pas debout. Il s'agit d'une référence à Dawson City et à son fameux cocktail Sourtoe, que j'ai découvert l'an dernier lors de mon expédition dans le Grand Nord canadien au volant d'une smart fortwo. Je n'ai jamais eu le courage de le boire… Constatez plutôt de quoi je parle.

Le Volkswagen Touareg Comfortline TDI diesel propre 2011 se veut un très bon camion tout-aller. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Mon en-tête reflète davantage ce qui arrive lorsqu'on est épuisé et qu'on commence à dire n'importe quoi, par exemple après une balade en voiture de Montréal à Détroit, suivie de deux journées intenses au Salon international de l'auto d'Amérique du Nord, puis d’un retour à la maison le jour suivant. Presque au bout du rouleau, j'appelais notre Touareg le «Toereg», ce qui, avec du recul, ne paraît pas aussi drôle que dans le feu de l'action.

Une chose est sûre : il n'y a rien de drôle dans l'idée de se taper 10 heures de route... à moins qu'il s'agisse d'un périple estival vers une destination plus excitante, comme le Nouveau Brunswick ou Pittsburgh. Heureusement pour nos photographes Philippe et Matthieu, notre caméraman Jérôme et moi-même, nous pouvions compter sur un Touareg TDI 2011 lors du départ de 5h45 par un dimanche glacial de janvier.

Je dis «heureusement» parce que le nouveau Touareg a rapidement montré sa valeur en engloutissant tout notre matériel et tous nos bagages. Nous qui mesurons de 5'8'' à 6'2'', nous avons simplement assis une personne plus petite derrière une autre de plus grande taille. Au point de vue du confort, le seul reproche formulé pendant tout le trajet était l'incapacité pour les occupants arrière de glisser leurs pieds sous les sièges avant.

En ce qui concerne l'habitacle, le Touareg n'a pas à envier les modèles Audi. Ses matériaux sont de première qualité, tandis que son aménagement simple et austère assure détente et fonctionnalité. J'aurais seulement souhaité des pochettes au dos des sièges avant – une aide trop souvent sous-estimée mais toujours pratique pour ranger magazines, BlackBerry et autres items du genre.

Il faut dire que nous avons testé une version de base Comfortline (53 190 $) avec sièges en similicuir. Ceux qui optent pour la version intermédiaire Highline (58 645 $) avec sellerie en cuir véritable pourraient bien y retrouver des pochettes, sans parler d'un toit ouvrant panoramique, d'un système d'accès sans clé avec bouton de démarrage ainsi que d'un volant et de sièges arrière chauffants. Non, ce n'est pas donné à ce prix, mais vous ne recevrez pas un véhicule bon marché non plus.

En ce qui concerne l'habitacle, ses matériaux sont de première qualité, tandis que son aménagement simple et austère assure détente et fonctionnalité. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)