Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Bugatti Veyron : l’apothéose

Bugatti Veyron : l’apothéose

Par ,

Le dernier Salon de Genève a accueilli l’ultime pièce d’une lignée de 450 des œuvres d’art les plus rapides et puissantes du monde de l’automobile. En tout, c’est une quarantaine de versions et éditions spéciales qui ont trouvé des amateurs pour les chérir et les bichonner. Qui sait dorénavant la valeur que prendront ces joyaux, mais comme disait Ettore Bugatti : « Rien n’est trop dispendieux, rien n’est trop beau »…

En hommage à cette superbe création, voici donc en vrac, des chiffres, anecdotes et faits… 

  • La 1re Bugatti Veyron a vu le jour en 2005 et les développeurs devaient se plier à 4 demandes spécifiques, soit; le véhicule devait atteindre plus de 1000 ch, rouler à plus de 400 km/h, accélérer de 0 à 100 en moins de 3 secondes et la dernière requête, créer ce bolide en alliant confort et style, suffisamment beau pour mener son propriétaire à l’opéra.
  • Le prix moyen d’une Veyron, avec options, tourne autour de 2,3 millions d’euros (environ 3 000 000 $CAN)
  • La Veyron n’a pas battu que des records de vitesse, en effet, elle bat des records pour la perte d’argent. Selon Max Warburton, Volkswagen aurait perdu 4,6 millions d’euros pour chaque Veyron vendue ou 1,7 milliard d’euros en tout sur le développement et la vente de cette voiture.
  • Il n’y a pas que le succès de cette voiture qui soit international, les pièces dont elle est construite le sont aussi. À savoir, sa boîte 7 vitesses séquentielle DSG est fabriquée au Royaume-Uni, son moteur 8,0 litres 16 cylindres vient de Salzgitter en Allemagne. Ses pneus conçus spécifiquement pour des vitesses pouvant atteindre 400 km/h ont été développés conjointement avec Michelin. La monocoque en fibre de carbone a été produite en Italie, les structures avant et arrière en aluminium forgé en Allemagne et les freins en carbone-céramique en Grande-Bretagne. La peinture est allemande, le cuir autrichien et le parebrise a été manufacturé en Finlande et ainsi de suite.
  • Posséder une Bugatti Veyron vous coûtera annuellement la bagatelle de 300 000 $ environ et inclut :
  • Les pneus d’une valeur de 10 000 $, dont le constructeur recommande fortement de changer tous les 2 500 milles, et par le fait même le changement des roues pour 60 000 $ additionnels. L’entretien régulier, l’assurance, l’essence et tout autre frais relatif à l’entretien d’une voiture.
  • Qui dit voiture exceptionnelle dit service à la clientèle exceptionnel. En effet, l’équipe du service à la clientèle est disponible 24 heures par jour 7 jours sur 7. Afin d’assurer un service rapide et personnalisé, quelques minutes suffisent pour envoyer un rapport initial sur l’état de la voiture à Molsheim, lieu de fabrication des Bugatti, grâce à un système de télémétrie unique. Advenant le cas où le problème ne puisse être réglé sur place, un « docteur volant » se rendra directement au secours du client. Chacun des 17 membres du service à la clientèle connaît par cœur chaque composante de la Veyron.
  • La Bugatti Veyron 16.4 Grand Sport peut rouler jusqu’à 407 km/h avec son toit fermé, mais vous pourrez rouler à 360 km/h lorsque le toit est abaissé. La pluie se met de la partie? Pas de problème puisque dans votre coffre à bagage se cache un toit souple comme un parapluie, qui peut être ouvert n’importe quand et vous pourrez rouler jusqu’à 160 km/h.
  • Selon Wolfgang Dürheimer, président de Bugatti Automobiles S.A.S., on ne peut comparer le cycle de production des Bugatti à aucun autre manufacturier puisqu’elles sont uniques. Ces super voitures sport ne se présentent pas seulement qu’en termes de dynamisme ou de technologie, chaque voiture est une œuvre d’art en soi. Plusieurs de leurs clients sont collectionneurs d’art et savent pertinemment que ça prend beaucoup de temps pour créer un chef-d’œuvre.