Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Campagna Motors T-REX 16S : premières impressions

Campagna Motors T-REX 16S : premières impressions

Par ,

Campagna Motors, fabricant et distributeur des véhicules à trois roues T-REX vient tout juste de mettre au monde un modèle GT haut de gamme animé d'un moteur à six cylindres en ligne. La firme québécoise compte bien venir jouer les trouble-fêtes dans le segment des voitures sport de luxe de type roadster grâce à son nouveau-né; le T-REX 16S à moteur BMW.

Campagna Motors a le vent dans les voiles à la suite de la décision prise en 2009 par la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) qui permet au détenteur d'un permis de classe 5 (véhicule de promenade) de conduire un véhicule à trois roues. Et pour cause, car de tous les véhicules à trois roues disponibles sur le marché canadien (Can-Am Spyder, Harley-Davidson Tri Glide et les motos converties), le T-REX est le seul à proposer un cockpit et des commandes similaires à une automobile.



Un partenaire pour l'avenir
Un nouveau partenariat entre BMW Motorrad et Campagna est la clé de ce nouveau T-REX 16S. Le bolide à trois roues s'anime du moteur de la K1600GTL, l'Orient Express des motos. Une mécanique compacte obtenue grâce à un alésage presque super carré (diamètre des pistons proche de la longueur de la course). Les chemises des cylindres ne se séparent que de 5 millimètres, ce qui contribue également à la compacité de ce moteur inédit.

Un alésage super carré veut aussi dire beaucoup plus de couple par rapport au moteur du modèle T-REX 14R (moteur Kawasaki de la ZX-14) qui utilise des pistons plus larges et une course réduite pour plus de puissance à haut régime. On peut donc s'attendre à des performances similaires, mais à un comportement beaucoup plus convivial grâce à une livrée plus linéaire. Comme sur la moto, le moteur est basculé sur l'avant afin d'abaisser le centre de gravité. La distribution utilise des poussoirs à coupelle, une technologie qui réduit la masse, la friction et l'entretien.

De plus, les ingénieurs de BMW ont travaillé en profondeur la combustion, le refroidissement et l'étagement des rapports en vue d'optimiser les performances générales, mais aussi d'abaisser la consommation.

Adhérence et convivialité
Le T-REX 16S profite d'une nouvelle géométrie arrière qui maximise l'adhérence du pneu en accélération comme en virage. Le châssis inclut dorénavant une partie arrière boulonnée qui facilite l'entretien et la réparation.

Le nouveau T-REX 16S emprunte aussi le système à trois modes de pilotage de la K1600GTL. L'alimentation électronique évoluée, la pédale de type « control-by-wire » et trois cartographies préréglées en usine permettent d'adapter la livrée de puissance et de couple, selon les conditions ou le type de roulage. Ces différents modes interviennent également sur la réponse de l'accélérateur. Le mode « Rain » adoucit les caractéristiques et la livrée de puissance, et réduit légèrement la livrée de couple à certains régimes. Le mode « Road » offre 100% du couple, mais les montées en régime demeurent tempérées, tandis que le mode « Dynamic » procure le plein potentiel de l'engin.

L'absence d'aide électronique au pilotage
Même si ces modes de cartographie apportent un certain avantage côté sécurité, nous sommes tout de même un peu surpris de ne pas retrouver sur ce 16S un système de contrôle de traction ou de stabilité. Une tendance pourtant très répandue dans le monde de l'automobile et fleurissante du côté de la moto. Selon les dirigeants de la firme de Boucherville qui manifestent un intérêt certain pour ces systèmes d'aide électronique au pilotage, « le temps et les moyens n'ont pas permis de les intégrer au modèle actuel ». Le fait que la K1600GTL profite déjà d'un système de contrôle de traction et de l'ABS, et que BMW est l'un des chefs de file dans ce domaine, laisse présager de voir dans un avenir très proche un système similaire sur les T-REX.

À mi-chemin entre une moto et une auto, le T-REX est reconnu pour ses accélérations, ses réactions et sa précision digne d'une voiture de course monoplace. L'apport d'une nouvelle version 16S annoncée plus confortable, plus conviviale, et plus facile à exploiter ne peut que réjouir les amateurs du genre et séduire le friand de voitures sport.
 
Gallerie de l'article