Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Vous n’avez pas fait remplacer vos gonfleurs de coussin Takata défectueux?

Vous n’avez pas fait remplacer vos gonfleurs de coussin gonflables Takata défectueux? Vous n’êtes pas les seuls! Et Toyota Canada a décidé d’être plus proactif afin d’encourager les propriétaires de véhicules de leur marque de prendre le temps de faire remplacer ces pièces fautives, qui pourraient entrainer des blessures graves.

Malgré les nombreux rappels concernant les gonfleurs défectueux qui ont été émis dans les dernières années, moins de la moitié des propriétaires de véhicules affectés ont visité leur concessionnaire pour faire remplacer ces pièces défectueux, selon Toyota.

« Les Canadiens n'ayant pas réagi aussi rapidement que nous l'avions espéré, nous cherchons à capter leur attention. Plus notre campagne sera efficace, moins il y aura de risques de blessures.

- Stephen Beatty, vice-président, Affaires commerciales chez Toyota Canada

La campagne, tout juste annoncée par Toyota Canada, inclura des appels téléphoniques, un courriel et trois cartes postales, chacune plus insistante que la précédente, visant les propriétaires connus des véhicules Toyota au Canada touchés par les rappels Takata.

Plus ça vieillit, plus le risque augmente
Un des facteurs qui motive le manufacturier à agir de façon plus musclée maintenant est le faite que le risque de rupture peut augmenter avec le temps.

« Outre l'exposition de façon prolongée à des fluctuations de températures élevées et à l'humidité ambiante, le risque de rupture d'un gonfleur de coussin gonflable Takata défectueux augmente avec le temps écoulé depuis la mise en service d'un véhicule. Puisque les véhicules touchés pourraient maintenant avoir de 10 à 15 ans, Toyota prend des mesures plus énergiques pour attirer l'attention des propriétaires et les persuader de faire réparer gratuitement leur véhicule. »

- Communiqué Toyota Canada

La compagnie tient aussi à mettre en garde les nombreux consommateurs qui auraient acheté une Toyota ou autre modèle d’occasion, de bien s’informer au sujet des rappels et si leur achat est affecté. Elle encourage les acheteurs de véhicules d’occasion de prendre ces deux mesures :

1) s'assurer de connaître son dossier en ce qui concerne les rappels

2) enregistrer leur nom et leurs coordonnées auprès du service des relations avec la clientèle des constructeurs canadiens. On pourra ainsi les associer au numéro d'identification de leur véhicule (NIV) et leur envoyer des avis importants au sujet de leur véhicule.

Photo : Toyota