Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Conduire la MX-5 en hiver

Conduire la MX-5 en hiver

Par ,

Il a neigé toute la matinée, mais comme la Mazda MX-5 que j'essayais roulait sur d'excellents pneus d'hiver, je ne craignais rien. Sur le chemin du retour à la maison, j'ai fait un petit arrêt dans un café. En sortant, la carrosserie était à peine visible. Je me suis mis à la déneiger et, aussitôt, les gens ont commencé à me regarder de travers et à m'interroger.

Tout au long de la semaine, j'ai dû répondre à des tas d'autres questions et même à me défendre. Voyez-vous, plusieurs personnes ne croient pas qu'on puisse conduire un tel bolide dans la neige. Je vous présente donc ici les réponses que je leur ai pelletées :

« Elle n'a pas le derrière trop léger? »
Ça, je l'ai entendu d'un gars qui faisait le plein de sa Ford F-250 à côté de moi. Je lui ai dit que la MX-5 avait bel et bien un derrière léger, mais aussi un devant léger. En fait, elle répartit son poids de façon 50/50. Il m'a regardé comme si j'avais deux têtes.

Ironiquement, il devrait savoir que sa camionnette pèse beaucoup plus lourd à l'avant qu'à l'arrière lorsqu'elle ne transporte pas de matériaux ou encore un VTT dans la caisse. L'équilibre de la MX-5 la rend très prévisible dans une courbe, si bien que le train arrière ne risque pas plus de déraper que le train avant. Et si jamais un dérapage se produit, elle regagne de la motricité assez rapidement.

« T'es fou! Tu dois avoir froid? »
Voilà comment m'a apostrophé un conducteur tirant deux motoneiges lors d'un arrêt à une intersection. Il faisait soleil, la température était de -10 degrés Celsius et j'avais baissé la capote.

Je lui ai dit que le puissant système de chauffage de la MX-5 et son habitacle conçu pour emprisonner l'air chaud permettent de rouler sans toit même lors de journées très froides. En fait, le seul moment où on sent le froid, c'est quand on ne roule pas. Vêtu d'un manteau d'hiver léger et d'une tuque, je me trouvais bien à l'aise. D'ailleurs, la chaufferette ne fonctionnait même pas au maximum.

J'ai rappelé à M. Ski-Doo qu'il a probablement déjà fait de la motoneige à des températures plus basses, sans aucun système de chauffage.

« T'as raison », a-t-il avoué.

« Restes-tu souvent coincé? »
Je me trouvais dans la cour de stationnement d'un supermarché qui n'avait pas encore été déneigée. J'ai répondu au monsieur que la MX-5 possède un différentiel à glissement limité qui optimise la motricité et que je ne suis jamais resté coincé.

Évidemment, cette petite voiture sport à propulsion ne décolle pas aussi vite dans la neige qu'une Subaru Impreza WRX, mais elle s'élance de manière adéquate si on prend le soin de bien positionner les roues arrière.

« Ça doit être épeurant de la conduire dans la neige? »
Pas du tout! Mon voisin était venu souffler mon entrée et je lui ai assuré que la MX-5 est parfaitement équilibrée, munie de bons pneus d'hiver et d'un système de contrôle de la stabilité, et que son châssis permet de tout sentir, incluant une perte d'adhérence.

Certes, la MX-5 ne procure pas le même sentiment d'invincibilité qu'une Ford F-150 SVT Raptor, mais avec des pneus à neige et un peu de compétences en conduite hivernale, elle ne fait pas peur; au contraire, c'est une partie de plaisir!

Mazda MX-5 vue côté
Mazda MX-5 (Photo: Justin Pritchard)