Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Dur dur de respecter l'environnement

Dur dur de respecter l'environnement

Par ,

Il n’est pas toujours facile de respecter l’environnement. Les essais routiers que je dois faire me forcent à passer du temps derrière le volant. Quand je ne suis pas obligé de prendre la voiture et que Dame Nature est d’accord, je me tourne vers mon vélo pour les trajets courts.

Le vélo compense pour tout le temps que je passe assis à bord de voitures. Ça a aussi l’avantage de garder à un niveau presque acceptable mon IMC (indice de masse corporelle), voici où ça coince : c’est dur le vélo. Les risques encourus, et les inconforts, sont plus grands qu’à bord d’une voiture moderne.

Encore cette semaine, j’en ai eu la preuve. En route vers le bureau vendredi, je suis passé à un cheveu d’être happé par une Mercedes occupée, à une intersection où les autres véhicules étaient arrêtés, à brûler un feu rouge. Sheesh! Les policiers – ou les ambulanciers – ne sont jamais là quand on a besoin d’eux!

Samedi, j’ai jeté mon vélo à l’arrière du Range Rover Evoque dont je faisais l’essai et ai pris la direction du concessionnaire Land Rover voisin pour retourner le petit dernier de cette famille de tout-terrains britanniques. J’ai quitté l’habitacle tapissé de cuir, l’air conditionné et j’ai enfourché ma bécane.

Le soleil haut dans le ciel m’indiquait que le retour à la maison serait pénible, mais, comme c’est souvent le cas quand je pédale, je m’en réjouissais. Du moins, jusqu’à ce que mon pneu arrière se dégonfle.

Je l’ai vu; le tout petit morceau de métal tranchant qui s’était fatalement introduit dans mon pneu et qui avait percé ma chambre à air.

vélo Specialized
Photo: Rob Rothwell

J’ai fait face à la musique. En retirant le coupable d’où il s’était logé, j’entendais l’air siffler hors de mon pneu. Je trimballe toujours le nécessaire pour ce genre de réparation, alors je me suis réfugié à l’ombre d’un arbre et j’ai retroussé mes manches. Quelques pénibles efforts plus tard, je me réjouissais de voir mon pneu à nouveau garder sa pression.

Il en faudra plus pour me décourager de prendre mon vélo, mais j’admets les difficultés constantes. Certaines journées sont plus dures que d’autres, cependant lorsque tout va bien, sous un soleil radieux, pas une voiture au monde ne peut égaler le plaisir indicible d’une randonnée à vélo suivie d’un bon café. N’est-ce pas?