Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Jules Bianchi et la politique éclipsent les préparatifs à Sotchi

F1: Jules Bianchi et la politique éclipsent les préparatifs à Sotchi

Par ,

D'après GMM

Le monde de la Formule 1 a parcouru 8000 kilomètres entre Suzuka et le circuit de Sotchi, mais l'humeur n'est pas à la fête pour ce grand prix inaugural de Russie.

Le conflit ukrainien reste d'actualité et la chaîne allemande RTL explique comment elle a du résister aux appels au boycott de la course.

« Pour nous, en tant que diffuseur, la question d'un boycott ne se pose pas car nous sommes obligés par un contrat. Nous allons cependant soulever la question durant la présentation et interroger les personnes sur la piste sur ce qu'ils pensent de la situation », de déclarer un porte-parole de la chaîne dans le journal Welt.

Bernie Ecclestone continue d'affirmer que la Formule 1 n'a aucune raison de se mêler de la situation politique d'un pays.

L'ancien pilote Mika Hakkinen approuve, « Sur le plan politique, je ne veux pas prendre de position ».

« Quand je pense Formule 1 et sport automobile, nous devons voir l'aspect positif de pouvoir enfin courir en Russie, un nouveau pays et un nouveau marché », de commenter Mika Hakkinen dans son éditorial pour Hermes.

F1 Sochi Autodrom flags
Photo: Sochi Autodrom

Ancien patron d'Abu Dhabi et superviseur maintenant de l'organisation à Sotchi, Richard Cregan admet que le volet politique a eu des répercussions sur les ventes de billets pour le grand prix inaugural, il y a quelques semaines.

« Il y a eu beaucoup de discussions autour de sanctions et toutes sortes de choses, et puis d'un coup, quand tout a semblé être chose du passé, nous vendions entre 500 et 800 tickets par jour », de dire Cregan à Reuters.

Richard Cregan souligne que l'accident de Jules Bianchi a éclipsé le lancement de cette première course « et à juste titre ».

« Nous devons nous assurer que nous continuons d'améliorer les mesures de sécurité. Il faut apprendre de tout », de commenter Cregan dans le Telegraph.

Renonçant à son habitude optimiste lors de chaque conférence de presse d'avant-course, Sauber admet que l'installation à Sotchi se passe « dans une ambiance très déprimée ».

« Nous sommes encore choqués par les événements du week-end dernier, et il est tout simplement impossible de reprendre le cours des choses. Tout ce que nous faisons actuellement semble avoir peu d'importance », de déclarer Monisha Kaltenborn.

Pour autant la vie continue pour la Formule 1, en commençant par la Russie. L'équipe Caterham a annoncé que Kamui Kobayashi pilotera en course, le jeune espagnol Roberto Merhi devrait effectuer les essais libres du vendredi matin.