Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Le président de Pirelli répond aux ''critiques''

F1: Le président de Pirelli répond aux ''critiques''

Par ,

D'après GMM

Marco Tronchetti Provera explique que Pirelli a mis vingt ans pour décider financièrement de revenir en Formule 1.

« Nous étions absents de la Formule 1 depuis 20 ans, en raison des coûts », de déclarer le président de Pirelli.

« Bernie Ecclestone nous a demandé à plusieurs reprises, mais chaque fois j'ai répondu 'Nous venons si nous sommes payés'. Et pour être honnête, ce n'est seulement qu'à la mi-2010 qu'il était devenu évident que le fournisseur unique de pneus serait payé. Nous avons posé notre candidature et nous avons obtenu le contrat », d'ajouter Marco Tronchetti Provera.

F1 Pirelli motorhome
Photo: Pirelli

La saison 2014 représente la première année du deuxième contrat de Pirelli comme fournisseur exclusif pour la Formule 1.

Le fabricant italien est sous le feu des critiques depuis plusieurs mois. L'an dernier, Pirelli était accusée d'être trop « agressive » avec ses gommes, le grand prix de Silverstone ayant été le gros marqueur avec une série d'éclatements de pneus.

Malgré une approche plus conservatrice cette année, certains pilotes, dont Fernando Alonso, émettent de nouvelles critiques envers Pirelli.

« Quand ils apportent des pneus normaux avec un bon grip, nous usons les pneus en deux ou trois tours. Quand ils apportent des pneus plus durs, nous les usons en huit ou neuf tours, et nous sommes très lents », déclarait le pilote Ferrari à Monaco, à la BBC.

Le président de Pirelli est informé des « commentaires négatifs des pilotes ».

« Dans l'absolu nous écoutons toutes les critiques, mais notre principal objectif a toujours été la sécurité, surtout avec cette nouvelle ère turbo.

« Il est évidemment bien plus facile d'équiper quelques écuries plutôt que l'ensemble de la grille. Et comme à chaque fois qu'une équipe ne va pas bien, et que personne ne sait trop qui blâmer, alors elle commence par le fabricant de pneus en général », de commenter Marco Tronchetti Provera.