Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Sebastian Vettel qualifie les critiques 'd'irrespectueuses'

F1: Sebastian Vettel qualifie les critiques 'd'irrespectueuses'

Par ,

D’après GMM

Quadruple champion du monde, Sebastian Vettel qualifie d’irrespectueuses les critiques à son égard qui suggèrent qu’il n’est peut-être pas véritablement un grand pilote.

Depuis le début de la saison 2014, Vettel a bien du mal au volant de la Red Bull RB10 à moteur Renault V6 turbo hybride. Pendant ce temps, son nouveau coéquipier, Daniel Ricciardo, s’en tire plutôt bien.

La course de Monaco fut un calvaire pour Vettel dont le moteur a immédiatement perdu de sa puissance, le forçant à l’abandon. Entre-temps, Ricciardo filait vers une troisième place…

« J’ai connu bien des ennuis avec la voiture », de dire Vettel durant une interview accordée mercredi à RTL.

« Il est donc difficile d’entrer dans un bon rythme et de donner le meilleur de soi-même dans ces circonstances ».

Vettel a avoué éliminer ses frustrations en faisant plus de sport, en roulant dans une de ses voitures exotiques ou à moto, sa nouvelle passion.

Dans une autre interview, parue cette semaine dans le Sport Bild, Vettel a répondu à ceux qui affirment que ses ennuis vont précipiter son départ de Red Bull Racing. « Sottises ! »

Il a aussi répondu à ceux qui suggèrent que cette épreuve difficile démontre qu’il est en fait un pilote ordinaire qui a eu la chance de piloter la voiture dominante en F1.

F1 Red Bull stand Sebastian Vettel
Sebastian Vettel, stand Red Bull. (Photo: WRi2)

« Quand on regarde, je n’ai connu qu’une seule course sans ennui. C’était en Malaisie », de dire Vettel à RTL.

« L’important est de ne pas se mentir à soi-même. Si la voiture ne fonctionne pas, la victoire est impossible, même si vous êtes le meilleur pilote du monde », d’expliquer l’Allemand.

« Si vous voulez un exemple, prenez le cas de Michael (Schumacher) qui a effectué un retour en F1 avec Mercedes. Toutefois, la voiture n’était pas digne de lui comme l’était sa Ferrari ».

« Des gens ont alors dit ‘Michael a simplement été chanceux d’être chez Ferrari au moment et d’avoir tout gagné’. Mais comme je l’ai dit, à un certain moment, vous vous êtes prouvé à vous et aux autres », de poursuivre Vettel.

À ceux qui affirment qu’il n’est pas un grand champion, il répond : « Ouais. Malheureusement, telles que sont les choses aujourd’hui, de tels jugements surviennent rapidement. Je crois qu’il faut apprendre à vivre avec de telles critiques. Il est très facile de tout critiquer. C’est évidemment dommage, car c’est comme dans une garderie. C’est triste, mais c’est aussi cela, la Formule 1. Tout le monde croit que tout le monde a quelque chose à cacher… » de raconter Vettel.

Pour terminer, il s’en est pris à ceux qui laissent croire qu’il ne sait plus conduire.

« Le monde est comme cela maintenant. Dans un sens, c’est irrespectueux, car les gens ne sont pas au courant de toute l’histoire. Parfois, cela ne les intéresse même pas. Ces gens recherchent la controverse et les malaises ; pas comment les choses sont extraordinaires », de terminer Vettel.