Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1 Technique: Une nouvelle génération de voiture de F1 apparaissait en 1983 (+photos)

F1 Technique: Une nouvelle génération de voiture de F1 apparaissait en 1983 (+photos)

Par ,

Une toute nouvelle génération de monoplaces de Formule 1 a fait son apparition lors des premiers essais hivernaux tenus il y a de cela plus de 30 ans, en préparation à la saison 1983.

Auparavant, les voitures de F1 possédaient des tunnels venturi à l'intérieur de leurs pontons et qui étaient scellés par des jupes coulissantes. Mais si, pour quelque raison, une jupe se brisait ou demeurait coincée en position élevée, la voiture perdait instantanément son appui aérodynamique et sortait violemment de piste.

Après les accidents tragiques qui ont coûté la vie au légendaire Gilles Villeneuve et mis un terme à la carrière de Didier Pironi en 1982, la FIA a décidé de changer la réglementation technique.

F1 Ferrari Patrick Tambay
Patrick Tambay, Ferrari 126C 2B (Photo: WRi2)

Ainsi, pour 1983, la FIA obligea les voitures de F1 à posséder un fond plat entre le milieu de la monoplace et l'axe des roues arrière. De plus, les jupes étaient formellement interdites. Les ingénieurs se rendirent vite compte que les voitures avaient perdu presque 60% de leur appui.

F1 Renault Alain Prost
Alain Prost, Renault RE40 (Photo: WRi2)

Toutefois, en travaillant en souffleries, ils ont vite compris qu'un plancher plat pouvait quand même générer pas mal d'appui s'il était placé dans le bon angle par rapport au sol, et qu'il fonctionnait encore mieux si on greffait un diffuseur (alors appelé extracteur) à l'arrière pour y créer une zone de dépression.

F1 Arrows Thierry Boutsen
Thierry Boutsen, Arrows A6 (Photo: WRi2)

Les aérodynamiciens de Renault, dont Jean-Claude Migeot faisait partie, ont découvert que souffler des gaz brûlants d'échappements dans le diffuseur augmentait l'appui.

« Souffler des gaz pour créer une sorte de jupe fluide ne fonctionnait pas. Toutefois, souffler les gaz dans le diffuseur marchait bien. Je me rappelle que cela générait quelque chose comme 50kg d'appui sur l'essieu arrière à pleine charge, peu importe la vitesse de la voiture, » de dire Migeot à l'expert britannique de F1, Craig Scarborough.

F1 Ligier
Jean-Pierre Jarierl, Ligier JS21 (Photo: WRi2)

Tel qu'on peut le constater sur ces photos, les voitures de F1 de 1983 possédaient des pontons très courts, limités à la taille du fond plat. L'idée était de centrer les masses sur le train arrière afin d'accroître la traction en sortie de virages.

F1 Williams
Jacques Laffite, Williams FW08C (Photo: WRi2)

Le cas de la superbe Brabham BT-52B à moteur BMW de Gordon Murray est édifiant. La voiture possédait une forme de flèche étroite et ses pontons étaient ridiculement courts, et ne contenaient que les radiateurs et l'échangeur de température de l'unique gros turbo.

F1 Brabham BMW
Nelson Piquet, Brabham-BMW BT52B (Photo: WRi2)