Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

L'électricité ou le diesel?

L'électricité ou le diesel?

Par ,

Parmi les experts et les analystes de l'industrie automobile, une question brûle sans arrêt toutes les lèvres : les véhicules hybrides et électriques ont-ils réellement un avenir et finiront-ils un jour par s'imposer? Dans combien d'années représenteront-ils 10 % ou même 20 % du parc automobile nord-américain?

Je crois personnellement que ces véhicules ont un avenir, mais il faudra attendre encore longtemps avant qu'ils grugent une bonne partie du marché, ne serait-ce que 10 %. Les gens sont encore mal informés sur leur fonctionnement et leur performance (certains se bouchent les oreilles dès qu'ils entendent le mot « électrique »), tandis que le prix élevé pose un autre problème.

Entre les véhicules conventionnels et ceux à motorisation électrique, il y a le diesel. Aux États-Unis, les ventes sont plutôt bonnes. Volkswagen, l'un des plus grands partisans de cette technologie alternative, voit la proportion de ventes de modèles TDI augmenter considérablement depuis quelques années. À n'en pas douter, le diesel propre devient de plus en plus connu et populaire.

Vous voulez des chiffres? Chez nos voisins du sud, 22,6 % des 37 704 véhicules Volkswagen ayant trouvé preneurs en mars 2013 renfermaient un moteur TDI, dont une Passat sur trois. Encourageant, n'est-ce pas?

On dirait que la marche entre le moteur à essence et tout ce qui utilise l'électricité comme forme de propulsion est trop haute. En revanche, le moteur diesel ne demande aucun changement à nos habitudes de conduite, si ce n'est que de se présenter devant une pompe différente à la station-service.

Ceci m'amène donc à croire que les consommateurs nord-américains ne seront pas prêts à ce qu'au moins un véhicule sur 10 soit hybride ou électrique avant une bonne dizaine d'années environ.

Malheureusement, je ne dispose pour le moment d'aucune statistique permettant de comparer les ventes de véhicules hybrides/électriques à celles des véhicules à moteur diesel. On sait cependant qu'il existe un plus grand nombre de constructeurs automobiles offrant des modèles du premier type. Je devine aussi assez facilement que les hybrides se vendent beaucoup plus que les véhicules diesels, simplement parce que les alternatives sont plus nombreuses.

Il sera intéressant de voir comment les versions diesels des Chevrolet Cruze et Mazda6 se débrouilleront. Évidemment, elles se présenteront comme des modèles plus haut de gamme et leur prix ira en conséquence. Ce qui aiderait, serait la venue d'autres véhicules à moteur diesel pour rehausser la concurrence. Je pense entre autres à Chrysler (Fiat), à Ford et à Nissan (Renault).

Chose certaine, nous vivons à une belle époque (je parle toujours d'automobiles, bien sûr). Dans un futur pas si lointain, nous regarderons en arrière et comprendrons que le début du 21e siècle a servi de point tournant à l'industrie. Et je suis prêt à gager que la multiplication des produits et des choix incitera les consommateurs à en acheter davantage.

Volkswagen, par exemple, peut attirer à peu près n'importe quel acheteur avec ses hybrides, modèles TDI, multisegments, berlines, familiales, cabriolets, voitures à hayon et bolides de performance, sans parler de la transmission intégrale. Imaginez si on nous amène en plus la camionnette Amarok, la minivoiture up! et la minifourgonnette compacte Touran – ce sera difficile de rivaliser avec une gamme aussi complète et diversifiée. Pas étonnant que Volkswagen souhaite figurer en tête du palmarès mondial d'ici 2018.