Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Les Nations Unies pointent du doigt les batteries des voitures hybrides/électriques

Les Nations Unies pointent du doigt les batteries des voitures hybrides/électriques

Par ,

Le Programme de Nations Unies pour l'environnement (PNUE) a divulgué la semaine dernière les résultats d’une étude sur le taux de recyclage de quelque 60 métaux. Si l'on se fie à leurs conclusions, les automobiles hybrides et/ou électriques sont plus polluantes qu'on nous le laisse croire, et ce, même si elles ne rejettent pas de CO2 dans l'atmosphère.

Selon eux, 34 éléments comme le néodyme, le dysprosium, le lanthane et le lithium, jouent un rôle crucial dans les technologies propres telles que les batteries de voitures hybrides, qui sont recyclés à moins de 1%.

Photo: Toyota

L'enquête note aussi que les éclairages au DEL, de plus en plus répandus dans les nouveaux véhicules, contiennent du gallium, de l'indium et du sélénium, d'autres substances récupérées dans une proportion de moins de 1%.

Soulignons tout de même que le plomb, présent en très grande quantité dans les batteries de nos automobiles, est réutilisé à plus de 50%.

Thomas Graedel, professeur d'écologie industrielle à l'Université Yale et l'un des huit auteurs du rapport, explique « qu'en négligeant de recycler ces métaux et en se contentant de les éliminer, les économies se privent d'importants avantages environnementaux et augmentent le risque de pénuries ».

L'étude estime cependant « qu'il n'est pas encore possible d'évaluer le degré d'imminence de la pénurie de ces métaux spéciaux ou de ces terres rares, essentiellement parce qu'on sait très peu de choses sur le potentiel minier ».

Le PNUE a donc soulevé une problématique très intéressante qui se devra d'être résolue par les fabricants désirant être verts, et obtenir un avantage concurrentiel autrement qu'en diminuant la consommation d'essence et les émissions polluantes de leurs produits.


Source : PNUE via Cartech