Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

L'état des finances de Saab inquiète, mais le constructeur se veut rassurant

L'état des finances de Saab inquiète, mais le constructeur se veut rassurant

Vladimir Antonov à la rescousse? Par ,

Après avoir dû stopper sa production pendant quelques heures le 29 mai, plusieurs analystes et observateurs du monde de l'automobile s'inquiètent du bilan financier de l'entreprise suédoise et de son futur. Aujourd'hui, Spyker Cars N.V. a confirmé que certains fournisseurs ont cessé d'alimenter la compagnie, alors que des pourparlers avaient actuellement lieu concernant les paiements et les conditions d'approvisionnement.

Selon Victor Muller, président et chef de la direction de Spyker, l'arrêt de travail d'hier est attribuable à une protestation d'une société de transport désirant de meilleurs remboursements.

Malheureusement, ils ne seraient pas les seuls dans cette situation.

Selon plusieurs sources, plusieurs autres firmes, dont certaines étant très importantes pour Saab, auraient fait part de leur mécontentement à Saab.

Photo: Saab

Le site interne Resume a aussi révélé que Lowe Brindfors, l'agence de publicité responsable des communications du fabricant, a pris la décision de ne plus mettre au point de nouvelles campagnes, comme elle n'avait pas reçu un versement depuis décembre 2010. L'information n'a cependant pas été corroborée par les principaux intéressés.

Malgré tout, Saab a affirmé « disposer de moyens suffisants pour répondre à ses besoins de liquidité immédiats à partir de sources existantes et accessibles » et qu'elle « continue de travailler sur des solutions à long terme pour renforcer sa position financière et à améliorer sa structure du capital ».

La réponse au bourbier monétaire pourrait bien être l'implication du richissime homme d'affaires Russe Vladimir Antonov chez Spyker N.V. Ce dernier a confirmé ses intentions par l'entremise de son compte Twitter.

Il mentionne avoir soumis des formulaires à l'Office suédois de la dette nationale afin de faire approuver sa participation. Il devra aussi rencontrer le groupe EIB (European Investment Bank), institution ayant garanti un prêt de 400 millions d'euros à Saab.

Les affinités entre Spyker et le businessman ne sont plus à prouver, puisque M. Antonov a déjà tenté de s'immiscer dans l'achat de Saab lorsque GM s'en est départie en 2010. Cependant des souscriptions le liant au crime organisé maintenant démenties par des enquêtes l'avaient forcé à se retirer. De plus, Spyker a vendu sa division de voitures sport à M. Antonov en février 2011.


Sources: Automotive News, Automotive News