Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

L'industrie automobile canadienne à risque, faute d'investissements

L'industrie automobile canadienne à risque, faute d'investissements

L'enquête d'un économiste sonne l'alarme Par ,

Une nouvelle étude de l'économiste Carlos Gomes affirme que l'industrie automobile canadienne est à risque, en raison des investissements à la baisse dans les usines d'assemblage et de pièces.

En 2011, les investissements au Canada à ce chapitre totaliseront 1,2 milliard. Cela représente le plus faible niveau depuis la moitié des années '80 et une diminution de presque 66%, comparativement à la moyenne de 3,1 milliards de la dernière décennie.

En raison de cela, M. Gomes estime que la part de marché du Canada dans le secteur de l'assemblage mondial, qu'il évalue à environ 16%, pourrait réduire au détriment de pays comme le Mexique.

Cette région attire de plus en plus de fabricants japonais, salivant devant les faibles coûts de production, offrant une solution de choix pour échapper à la force du yen qui anéantit leurs marges de profit.

L'économiste appuie son argumentation en mentionnant que l'industrie automobile a injecté près de 3 milliards au Mexique, pour l’agrandissement d’usines existantes ou de construction de nouvelles, au cours des six derniers mois.

À long terme, il anticipe que le déclin des investissements et l'exode progressif des constructeurs pourraient faire mal aux fournisseurs de pièces et à l'économie de l'Ontario, là où l'automobile joue un rôle majeur.

Malgré tout, Carlos Gomes décèle certains points positifs. Il souligne que cette année, le Canada affichera sa meilleure performance depuis 2007 en produisant 2,1 millions de véhicules. De plus, le nombre d'emplois dans l'industrie automobile a augmenté de 10% au pays depuis la récession de 2009.


Source: The Globe and Mail