Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Max Mosley continue à écorcher ses anciens adversaires

Max Mosley continue à écorcher ses anciens adversaires

Par ,

On croyait bien que l’ancien président de la FIA, le Britannique Max Mosley, aurait profité d’une retraite bien tranquille, les deux pieds au coin du feu. Il n’en est rien toutefois…

Mosley semble en profiter pour régler ses comptes avec ses anciens adversaires.

La succession au poste de président de la FIA a été une bataille épique entre Jean Todt et Ari Vatanen, Todt remportant la victoire aux élections l’automne dernier.

Le magazine F1 Racing réalise souvent des interviews à l’aide de questions soumises par ses lecteurs.

Un lecteur a donc demandé à Mosley comment il se sentirait si Ari Vatanen avait remporté les élections à la présidence.

« J’aurais été très inquiet, car je crois que Jean (Todt), avec tout son talent, trouve cela un peu difficile, » de déclarer Mosley dans le plus récent F1 Racing.

« Tout est beaucoup plus complexe que lorsque j’ai pris le poste en 1993. Et je crois que cela aurait dépassé les capacités d’Ari, » de préciser Mosley.

Plus loin dans l’article, Mosley égratigne Ferrari et son président Luca di Montezemolo qu’il a affronté l’an dernier dans une lutte pour obtenir le contrôle de la Formule 1.

Mosley décrit l’Italien comme « un personnage faible de caractère » et qui est « facilement mené ».

Il en rajoute une couche en affirmant que si Ferrari s’est opposé à son projet de plafond budgétaire, c’est parce que cela aurait éliminé l’avantage majeur que possède la Scuderia : un budget gigantesque.

L’ancien président croit que Ferrari serait devenue une équipe ordinaire si elle avait été forcée à dépenser autant d’argent que les autres…

Mosley termine en décochant une dernière flèche aux amateurs de sport automobile.

« Si les amateurs avaient réellement compris les enjeux, je ne crois pas qu’ils auraient été contre moi, »d’ajouter le sympathique Mosley.

« Car tout ce que j’ai fait au fil des ans l’a été par souci de faire progresser la Formule 1 et de l’empêcher de mourir ».