Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mazda Ice Academy : une première édition réussie… malgré la neige!

Mazda Ice Academy : une première édition réussie… malgré la neige!

Par ,

Crested Butte, CO – Il aura fallu une bonne tempête de neige, quelques vols d’avion retardés et des conditions routières atroces pour qu’une poignée de journalistes canadiens puissent se remémorer les rigueurs de l’hiver, le vrai, pas celui que nous vivons depuis le début du mois de décembre.

Le constructeur Mazda avait convié quelques membres de la presse automobile à l’occasion de sa toute première Ice Academy, une journée consacrée à la conduite hivernale, au système i-ACTIV ainsi qu’à quelques manœuvres plus excitantes au volant d’une certaine MX-5. Oui, oui une MX-5 dans la neige, ça se peut!

Un système i-ACTIV perfectionné?

Pour ceux qui se le demanderaient, le système à rouage intégral installé sur les 2 plus récents véhicules utilitaires du constructeur – le CX-3 et le CX-5 – n’a pas changé depuis leurs introductions respectives. Mazda a simplement voulu apposer un nom à côté de son dispositif à temps partiel, question de marketing! 

Pendant la conférence de presse, les ingénieurs de Mazda ont tenu à expliquer la différence entre le système i-ACTIV et les autres rouages proposés chez la concurrence. Ce qui rend celui de Mazda si unique, c’est sa capacité de prévoir ce qui s’en vient. Au lieu de réagir en quelques millisecondes à un dérapage perçu en envoyant du couple aux roues arrière – la plupart des systèmes à rouage intégral font appel aux roues motrices avant en conduite normale –, le système de Mazda se base sur pas moins de 27 senseurs pour préparer le rouage intégral à réagir à n’importe quelle situation. 

Ces senseurs qui sont reliés à un module de commande central envoient différents paramètres d’informations sur les conditions routières, l’utilisation des essuie-glaces, la température extérieure, l’inclinaison du véhicule, le roulement du moteur et de la transmission et bien plus encore. Chacune de ces informations est examinée plus de 200 fois par seconde afin de livrer un maximum d’information à cet ordinateur qui envoie ensuite ses instructions aux 2 essieux. Tout est pensé pour fonctionner sans que le conducteur s’en aperçoive. Bref, Mazda essaie de rendre l’expérience plus fluide avec le moins d’interventions ressenties de la part du véhicule.

Le CX-5 contre le CR-V et le Forester

Pour illustrer ce propos, le constructeur avait réuni un Mazda CX-5 à boîte automatique à côté d’un Honda CR-V et d’un Subaru Forester, tous 2 équipés de boîtes CVT. Afin de rendre l’exercice le plus juste possible, tous les véhicules étaient équipés de pneus d’hiver Bridgestone Blizzak, le fournisseur ayant bien voulu s’associer à cette première édition du Ice Academy. Le parcours fortement enneigé par cette tempête qui a frappé l’État du Colorado avait néanmoins une couche de glace sous cette neige tapée. 

Avec un slalom, une longue courbe et une ligne droite pour terminer, ce tracé a permis de constater que le CX-5 proposait une conduite relativement plus dynamique que ses concurrents. Le témoin lumineux de l’antipatinage a tout de même fait sentir sa présence, mais à côté des 2 autres véhicules, pourtant prisés pour leur conduite rassurante, le CX-5 faisait office de voiture sport tellement son comportement était neutre. En fait, à cause de son rouage plus effacé, il nous était possible de pousser la machine à des vitesses plus élevées dans la longue courbe. 

L’autre exercice mettait en lumière la capacité des VUS à se sortir d’une situation inclinée. Après avoir escaladé une pente glacée, nous devions arrêter le véhicule pour ensuite repartir avec les roues avant légèrement tournées vers la droite, comme pour simuler l’entrée sur une route. Ironiquement, le Subaru Forester a très mal paru à ce moment précis, le transfert de couple entre les roues avant et arrière étant flagrant. La seule manière de pouvoir s’en sortir était de débrancher l’antipatinage et de faire patiner les 4 roues en appuyant sur l’accélérateur. Quant au CR-V, il s’est débrouillé, mais on pouvait observer l’hésitation du rouage Honda. Finalement, le CX-5 n’a fait qu’une bouchée de cette démonstration grâce à son dispositif permettant d’envoyer plus de couple aux roues arrière. 

Le CX-3 avec ou sans pneus d’hiver

Le programme Ice Academy étant également pensé pour la clientèle, le constructeur avait beau jeu d’illustrer les avantages d’un ensemble de pneus d’hiver pour la saison froide. Pour ce faire, 2 CX-3 à traction intégrale, l’un étant équipé de pneus 4 saisons Yokohama d’origine et l’autre de Bridgestone Blizzak, étaient lancés sur un parcours sinueux avec 2 zones de freinage. Étant un résident de la Province du Québec qui oblige les automobilistes à munir leur véhicule de pneumatiques hivernales la saison froide venue, je dois l’avouer, cette démonstration m’était quasi inutile. Comme prévu, le CX-3 avec pneus d’hiver a offert des performances supérieures à celles du véhicule équipé de semelles 4 saisons. 

La MX-5 pour le dessert 

Si l’essentiel de cette « Académie de Glace » portait sur le système i-ACTIV, le constructeur avait tout de même pensé aux passionnés de conduite. Eh oui, une poignée de MX-5 Club – une édition qui arrivera chez nous au printemps – attendait les participants. Cette livrée spéciale vient d’office avec des jantes BBS exclusives, un ensemble de freins à disques Brembo, des ailerons additionnels, un différentiel à glissement limité, des amortisseurs Bilstein, une barre antiroulis et quelques autres exclusivités. Évidemment, la décapotable était elle aussi chaussée de pneumatiques hivernales Bridgestone Blizzak.

Bien entendu, les conditions particulières de cette journée de tempête ont compliqué les choses pour les organisateurs de l’événement. Disons que l’excès de neige transformait le petit roadster en chasse-neige à l’occasion, mais règle générale, l’excellente répartition des masses combinée à la vivacité de la mécanique a fait de la MX-5 un bolide hyper amusant à faire déraper à travers le parcours d’autocross. Suis-je étonné de ce résultat? Absolument pas. 

En débranchant le système antipatinage, la MX-5 avait tendance à survirer, mais avec une direction précise et le différentiel à glissement limité faisant son travail à l’arrière, nous avons une fois de plus constaté qu’une propulsion peut très bien se tirer d’affaire lorsque l’adhérence disparaît. D’ailleurs, à ce sujet, il faudra répéter l’exploit de manière plus approfondie sur nos routes canadiennes glacées afin de voir si une Mazda MX-5 en hiver est une bonne idée ou non. 

Avec cette Ice Academy, Mazda prouve encore une fois que l’aspect agrément de conduite fait partie de l’ADN des produits de la marque, et ça, c’est une excellente nouvelle pour ceux et celles qui adorent conduire!  

 

2016 Mazda Ice Academy pictures