Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

MotoGP - En ébullition, avec le départ d'ingénieurs clés de Yamaha vers Honda!

MotoGP - En ébullition, avec le départ d'ingénieurs clés de Yamaha vers Honda!

Par ,

Voici quelques-uns des drames en cours dans le petit monde de la MotoGP, qui se prépare pour une saison 2010 qui promet d’être tumultueuse :

1) Honda met le paquet en vue de battre Valentino Rossi et de remporter le championnat du monde 2010 avec le favori des Espagnols, Dani Pedrosa. Des contrats faramineux ont été accordés aux meilleurs spécialistes des autres manufacturiers, ce qui a pour effet secondaire d’affaiblir ces équipes. D’ailleurs, Honda a réussi à enrôler deux ingénieurs d’expérience, Christian Battaglia et Andrea Zugna, qui travaillaient pour Rossi et Lorenzo chez Yamaha.

2) Valentino Rossi a averti les dirigeants de Yamaha qu’elle devra choisir entre lui et le rapide Jorge Lorenzo, quels que seraient les résultats de la saison, à la fin 2010.

Entre-temps, Rossi continue d’exiger une isolation totale entre les deux pilotes et leur personnel technique, c’est-à-dire qu’il n’y aura aucun partage d’information entre les deux clans au sein de l’équipe Yamaha. Cette stratégie de « diviser pour gagner », amorcée en 2008 alors que chacun utilisait sa propre marque de pneus, s’est poursuivie en 2009 selon les pressions de Rossi, dans le but présumé de jouer avec les nerfs de Lorenzo. En passant, l’ « équipe » Yamaha officielle est italienne, comme Rossi d’ailleurs, alors que Lorenzo est espagnol!

3) Dorna, les promoteurs de la série MotoGP, a annoncé le retour des moteurs à quatre cylindres de 1000 cc pour 2012, dans le but de « réduire les dépenses. » Or, cette décision sabote tous les investissements faits jusqu’ici pour développer des engins de 800 cc, venus remplacer les premiers 990 par mesure de sécurité. Dans les faits, les 800 se sont montrés plus rapides en piste que les 990 dès leur première course. N’importe quoi!

Pire encore pour Dorna, car la grille de MotoGP ne comptera vraisemblablement que 16 ou 17 pilotes -- le plus petit nombre de l’histoire. Voilà qui incitera les promoteurs de circuits à réduire les droits payés à Dorna, et la télévision à faire de même.

4)
Les organisateurs du Championnat du monde de Superbike bouillent de colère parce que la MotoGP envahit leur territoire, selon eux -- d'abord avec la classe GP2 pour tout châssis équipé du moteur Honda de 600 cc spécialement construit à cet effet -- et maintenant avec la nouvelle règle du moteur de 1000cc en MotoGP pour 2012, des moteurs à quatre cylindres qui s’apparentent drôlement aux sportives japonaises de 1 litre. En tout cas, les spectateurs seront confus.

5) Ladite classe GP2, instaurée par Dorna afin de remplacer la classe 250GP, risque de présenter des grilles peu nombreuses en raison de l’économie fragile, des coûts énormes pour les équipes pour remplacer leurs vieilles machines, et de la réticence des autres grands manufacturiers à utiliser un moteur qui, tout le monde le sait, provient de Honda.

La bonne nouvelle pour les Nord-Américains est l’arrivée de Ben Spies en MotoGP, même si ce dernier ne pilotera pas les meilleures machines Yamaha. Rossi ne veut rien savoir d’un tel scénario, mais si jamais il connaît un début de saison en retrait, attendez-vous à ce que Spies hérite des meilleures montures à la mi-saison et qu’il montre vraiment de quel bois il se chauffe. Ce Texan est tout un phénomène, bien que son gabarit de 70 kg (versus 51 pour Pedrosa et 57 pour Casey Stoner) le désavantage irrémédiablement en MotoGP selon moi -- du moins jusqu’au retour des 1000 cc en 2012.

En somme, les temps sont durs et les couteaux volent bas. Restez branché à Moto123.com pour connaître la suite des développements.


photo:MotoGP