Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Pas une course, mais un derby de démolition

Pas une course, mais un derby de démolition

Par ,

Des dizaines de milliers de spectateurs se sont rendus le weekend dernier au circuit de Canadian Tire Motorsport Park en Ontario, anciennement connu sous le nom de Mosport, pour assister au premier Silverado 250, manche de la série NASCAR de camionnettes.

Après la perte du NAPA 200 de la série Nationwide à Montréal, plusieurs amateurs ont parcouru la 401 en direction de Bowmanville pour assister à cette épreuve, la première d'une course de camionnettes sur un circuit routier depuis Watkins Glen en 2000.

La course a été animée et tout s'est joué dans le dernier virage, le No. 10 à droite qui mène sur la ligne droite des puits.

Et comme c'est trop souvent le cas dans les trois séries majeures de NASCAR, la victoire s'est jouée à grands coups de parechocs.

Je ne m'attirerai pas d'amis avec mes propos, mais, encore une fois de trop, NASCAR vient de prouver qu'elle laisse tout passer. Ce n'est plus de la course, mais un derby de démolition.

Ou de la lutte professionnelle, un show de mauvais goût, comme ce qui s'est déroulé avec la petite amie d'un pilote qui a donné une violente claque en plein visage à Max Papis devant les journalistes et les caméras de télévision.

En regardant les images vidéo, il est archi évident que Chase Elliott, deuxième en piste dans la course, n'a aucune intention de négocier le virage 10, le dernier de la course.

Le meneur, Ty Dillon, freine et commence à braquer alors que le camion de son rival le percute au ¾ arrière droit. Elliott n'est même pas à la hauteur de l'essieu arrière du camion de son adversaire quand il l'emboutit!



Pour moi, ce n'est pas de la course automobile, ce sont des jeux du cirque romain. Je trouve cela scandaleux que les officiels de NASCAR n'aient pas sévi contre Elliott pour son geste disgracieux. Qu'attendent-ils donc?

Même sur les superspeedways, où les bolides de la Coupe Sprint atteignent plus de 350 km/h, les fins de courses se règlent à coup de parechocs et de poussettes dans le mur.

Qu'attendent donc les officiels de NASCAR pour pénaliser les pilotes agresseurs? Attendent-ils qu'un pilote soit gravement blessé ou qu'il perde la vie dans un tel accident provoqué volontairement?

D'autant que Dillon a publiquement déclaré qu'il prendrait sa revanche lors de la prochaine course.

Il faut croire que le NASCAR est devenu comme le hockey sur glace professionnel. En effet, dans ces deux sports, pourquoi bannirait-on les bagarres puisqu'une majorité d'amateurs les adorent et en redemandent?

Désolé chers amis, mais ce n'est pas du tout mon style de courses automobiles.

Pas une course, mais un derby de démolition
Photo: Philippe Champoux