Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Rester prudent après la ''bonne nouvelle'' concernant Michael Schumacher

Rester prudent après la ''bonne nouvelle'' concernant Michael Schumacher

Par ,

Adapté de GMM

Les médecins appellent à la prudence suite à l'annonce officielle du réveil de Michael Schumacher.

Le pilote Mercedes, Lewis Hamilton, a résumé l'état d'esprit de tout le monde en qualifiant de « nouvelle étonnante » l'annonce faite sur l'état de santé de Michael Schumacher.

« Je gardais une oreille attentive sur ce qui se passait, mais sans vraiment entendre beaucoup d'amélioration. C'est très encourageant ce que nous avons appris », de dire Lewis Hamilton.

Le septuple champion du monde est réveillé après pratiquement six mois de coma, et la famille indique que Schumacher a quitté l'hôpital de Grenoble pour une « longue phase de réhabilitation ».

Le communiqué de l'entourage de Michael Schumacher a menacé de conséquences juridiques quiconque donnerait des informations non-officielles sur l'état de santé de l'ancien pilote.

Michael Schumacher a été transféré à l'hôpital de Lausanne, à 30 minutes en voiture de la résidence de la famille. L'hôpital universitaire a confirmé la nouvelle.

Plusieurs experts médicaux se sont prononcés sur l'évolution possible de l'état de santé du champion allemand.

Le Dr Tipu Aziz, professeur en neurochirurgie à l'université d'Oxford, explique à l'agence de presse AP que l'ancien pilote va souffrir « d'effets secondaires à long terme ».

« Avec la rééducation, ils vont essayer de le former pour faire face aux handicaps qu'il a subi et faire sa vie le mieux possible au quotidien. S'il y a eu un traumatisme crânien, cela aura affaibli son système de circulation et il peut avoir des pertes des fonctions cérébrales. Il peut aussi avoir des problèmes d'élocution et de déglutition », de dire le professeur.

Le Dr Ganesh Bavikatte se montre optimiste dans le Telegraph : « Il y a des signes d'espoir. Il est en bonne forme physique, il est relativement jeune et je suppose qu'il n'a pas eu d'antécédents médicaux ».

Le neurochirurgien allemand, le Dr Andreas Pingel, est moins optimiste et affirme de son côté que « seulement 10 à 30 % » des patients dans la situation de Schumacher souffrent « d'un handicap tolérable ».

Le journal Bild avance que Michael Schumacher ne peut pas encore parler et souligne aussi que la réhabilitation « pourrait prendre des mois, voire des années ». Le quotidien allemand affirme cependant qu'il communique avec sa famille.

Le neurochirurgien Mika Niemela commente sur la chaîne finlandaise MTV3 : « Nous ne savons pas exactement ce que signifie cette 'communication'. Les yeux ouverts ne veulent pas obligatoirement dire qu'il communique. Je ne veux pas être pessimiste et j'espère que sa condition va s'améliorer. Mais si l'information qui a été donnée est correcte, alors les chances de guérison sont assez maigres. Il est resté cinq mois et demi aux soins intensifs, le traumatisme est important. Il aura probablement besoin d'aide constamment ».

Le médecin français, Alain Ducardonnet, explique sur BFMTV que l'annonce est une « véritable étape » et qu'« il va être possible maintenant de réaliser une évaluation neurologique complète et comprendre ce qui s'est passé. Basée sur ces informations, une rééducation appropriée pourra démarrer ».

Le professeur Heinzpeter Moecke de l'hôpital de Hambourg remarque que le niveau de conscience de Michael Schumacher n'est pas connu publiquement.

Il explique que le champion « aura probablement tout à réapprendre. La déglutition, les mouvements, marcher, parler. C'est un processus très long et fastidieux avec de nombreuses petites étapes ».

Interrogé si Michael Schumacher va récupérer, le professeur répond : « Personne ne peut le dire à ce moment. Sur le principe, rien n'est impossible. Mais il est peu probable qu'il revienne comme avant (l'accident) ».

Ancien pilote de Formule 1, Olivier Panis déclarait sur RTL que son ami « ne sera pas paralysé, c'est certain. Tout ce qui est motricité n'a pas été touché. Ce sera une rééducation très, très longue. Et au niveau cérébral, on ne sait pas, il va falloir être patient ».