Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Une bonne leçon acquise sur les routes d'Europe

Une bonne leçon acquise sur les routes d'Europe

Par ,

Je me fais une fierté de bien conduire. Je suis consciente des autres usagers de la route, je me montre courtoise et j'arrive à prévoir toutes sortes d'incidents. J'utilise toujours mes clignotants, j'allume mes phares au bon moment et je respecte les limites de vitesse.

Récemment, j'ai assisté à un lancement à Budapest, en Hongrie. Ce coin de l'Europe m’était tout à fait inconnu; même si j'ai déjà conduit dans des villes comme Berlin et Londres, je ne savais pas trop à quoi m'attendre dans la capitale hongroise et ses environs.

Ma voiture? Une berline Audi A3 2015. Comme elle disposait d'une boîte automatique, j'ai pu me concentrer sur le paysage en traversant la banlieue de Budapest. Que ce soit en sillonnant les collines ou en roulant sur des petits chemins au revêtement irrégulier, je me suis généralement sentie à l'aise. Par contre, la ligne séparant les deux voies était toujours pointillée, même dans les virages à l'aveuglette et au sommet des côtes, et les automobilistes qui dépassaient comme bon leur semblait ont beaucoup joué avec mes nerfs.

Cela dit, c'est au cœur de Budapest que j'ai vraiment appris une leçon. Pour revenir à l'hôtel, j'ai décidé de faire l'essai d'un modèle diesel de 1,6 L jumelé à une boîte manuelle à 6 rapports. Bien que le levier de vitesses et la pédale d'embrayage fonctionnaient en douceur et se montraient très dociles, le débit du trafic a ajouté un niveau de stress que je n'avais pas prévu.

Ce qu'il faut savoir, c'est qu'avant de passer au vert, les feux rouges font apparaître une petite lumière jaune. La majorité des véhicules se mettent alors à avancer, car le vert suivra très prochainement. Les personnes qui conduisent avec une boîte manuelle ont donc l'occasion d'embrayer en première et de se donner du momentum. Ce protocole m'a tellement stressée que j'ai calé le moteur de mon Audi A3... et les conducteurs derrière moi m'ont vite fait sentir coupable de retarder la circulation en klaxonnant.

J'ai également appris que la vitesse de croisière sur l'autoroute est bien différente de celle chez nous. La Hongrie ne possède pas d'autobahns comme en Allemagne, mais j'en avais pourtant l'impression en voyant les Fiat Panda et Ford Ka qui roulaient à 140-150 km/h comme moi, juste pour suivre le rythme. J'avais peur de représenter un danger sur la route si jamais je ralentissais à 120 km/h, forçant mes poursuivants à freiner brusquement.

Bref, chaque fois que je conduis en Europe, j'ai l'impression que c'est ma première fois. Je réapprends le code de la route et je découvre quelque chose de nouveau à propos de moi. Ces expériences m'ouvrent les yeux autant que les paysages qui m'entourent et j'adore ça.

À Budapest, j'ai appris une bonne leçon qui risque de me suivre partout dans la vie, pas juste en voiture : à trop hésiter, on se perd.

Audi A3 2015 vue 3/4 avant
Photo: Miranda Lightstone