Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Honda Ridgeline Touring 2017 : essai routier

Honda Ridgeline Touring 2017 : essai routier

La nouvelle Ridgeline conserve son côté pratique et améliore sa conduite Par ,

La camionnette Honda Ridgeline 2017 de seconde génération arrive avec de nouvelles fonctions et technologies, un nouveau design et de belles améliorations de part et d’autre. Toutefois, vous devez être réaliste quant à vos besoins en matière de camionnette pour qu’elle trouve son sens.

La plupart des gens qui ont besoin d’une petite camionnette pour tirer de petites charges finissent par en acheter une grosse, tandis que ceux qui ont besoin de remorquer des charges un peu plus lourdes se tournent souvent vers des modèles dits heavy duty. J’ai moi-même plusieurs amis qui ont de grosses camionnettes avec de gros V8 pour tirer leur petite embarcation 2 ou 3 fois par année. Le reste du temps, ils gaspillent de l’essence et accaparent beaucoup d’espace.

La Honda Ridgeline 2017, elle, possède un V6 et non un V8. Elle emploie une structure monocoque à l’instar d’une voiture. Sa suspension ressemble plus à celle d’un multisegment que d’un camion. Elle n’a pas de ressorts à lamelles, ni d’essieu arrière rigide, ni de boîtier de transfert à 2 régimes. En outre, sa caisse de chargement est assez petite et peu profonde.

Au risque de se faire moquer d’elle par les propriétaires de grosses camionnettes, la Ridgeline préfère se concentrer sur le confort, l’économie d’essence, la polyvalence et la valeur de revente ― pas tant sur le couple, la capacité de remorquage ou le fait de pouvoir déraciner des souches d’arbres.

Son design renouvelé mise sur une silhouette plus mince et athlétique que les machines surdimensionnées de la concurrence. Ce que j’aime surtout, c’est qu’elle n’a plus l’air du croisement entre une Chevrolet Avalanche et un four grille-pain Cuisinart.

La cabine est spacieuse, avec un plancher plat, et tant les humains de taille normale que les chiens maladroits peuvent y accéder assez facilement grâce à sa faible hauteur et à l’ouverture large des portières. 

Les places arrière s’avèrent très accommodantes. On peut soulever les assises à la verticale afin de créer une grande aire de chargement ou encore un lounge pour Fido. Comme c’est un produit Honda, la Ridgeline offre aussi une panoplie de compartiments de rangement, de quoi rendre jaloux un meuble IKEA. Par ailleurs, des ports USB de 2,5 ampères permettent de recharger des appareils mobiles en conduisant.

Le nouvel habitacle impressionne davantage par son côté pratique que son design. Tout est soigné et logiquement disposé, mais en même temps très sombre et peu excitant à contempler. Au lieu de concevoir un décor de camionnette révolutionnaire, les stylistes ont préféré que les clients de Honda se sentent comme chez eux. 

Derrière la cabine, la caisse de chargement de la Honda Ridgeline 2017 intègre encore une fois un coffre verrouillable et illuminé (avec bouchon de drainage) sous le plancher. On y accède après avoir ouvert le hayon, soit vers le bas ou de côté. Ce coffre est génial pour transporter des objets sales ou mouillés, encore mieux pour servir de mini-réfrigérateur une fois rempli de glace.

La 2e génération de la Ridgeline inaugure un système audio à même la caisse qui transforme celle-ci en un gigantesque haut-parleur en plastique. Le son est clair et puissant, idéal pour les festivités de type tailgate ou encore mettre de l’ambiance sur le chantier.

Une prise de courant de 120 volts fournit 400 watts de puissance, assez pour y brancher des appareils énergivores comme un téléviseur ou un mélangeur à smoothies.
 
D’un autre côté, les amateurs de grosses camionnettes se demandent bien où ils pourraient charger un VTT. En effet, l’espace dans la caisse n’est pas à la hauteur de son utilité. On peut quand même transporter à plat des feuilles de gypse maintenant que les designers l’ont élargie à 5 pieds.

Sous le capot de la Honda Ridgeline 2017, un nouveau V6 de 3,5 litres à injection directe génère plus de puissance que l’ancien moteur, soit 280 chevaux. On la sent surtout à bas régime, comme en ville. Une fois qu’on appuie à fond sur l’accélérateur, la camionnette s’élance joliment pour atteindre un régime élevé et émettre le hurlement classique du système VTEC. Une boîte automatique à 6 rapports l’accompagne, tandis que la capacité de remorquage s’élève à 5 000 livres.
 
En conduite urbaine, il n’y a pas de sautillement ni de vibrations comme chez plusieurs camionnettes utilisant un châssis-échelle. La Honda Ridgeline 2017 paraît plus stable quand la chaussée se détériore, sa direction est maintenant plus franche et elle se stationne plus facilement qu’avant. Sur l’autoroute, le bruit est bien neutralisé et la direction en question nous aide à rester bien au centre de la voie.

Dans l’ensemble, cette camionnette intermédiaire n’est pas plus difficile à manœuvrer qu’une berline familiale. Ses freins, par surcroît, mordent fermement, inspirent confiance au volant et font preuve d’une grande précision. 
 
La conduite sur des terrains accidentés est toutefois moins impressionnante. Sur une note positive, la suspension possède un généreux débattement et absorbe bien les chocs; les occupants se font donc à peine brasser. La direction se montre agréablement légère dans les manœuvres hors route à basse vitesse également. Le problème, c’est que le parechoc avant est bas et cogne souvent sur des obstacles. J’aurais aimé une plus grande garde au sol.
 
De plus, si la suspension assure un roulement doux sur l’asphalte, elle ne procure pas la solidité et la robustesse des grosses camionnettes quand on s’en éloigne. Elle peut devenir bruyante et transmettre plus de vibrations et de secousses dans la cabine quand on rencontre des chemins ondulés, du gravier ou pire encore des sentiers rocailleux.
 
Les aides électroniques s’avèrent cependant efficaces. On a le choix de plusieurs modes tout-terrain, mais je vous conseille le mode automatique, car la Ridgeline gère elle-même très habilement l’adhérence de chaque roue. Parfois, l’antipatinage intervient même de façon préventive afin d’éviter les mouvements indésirables dans les bosses. 

Cela dit, la plus grande amélioration en termes de conduite s’observe sur la route et non en dehors. Le fonctionnement de la Honda Ridgeline est maintenant plus raffiné et elle donne davantage l’impression de se promener dans une voiture. Plus silencieuse, plus confortable, plus légère sur ses pattes, moins encombrante et plus dynamique; voilà qui la résume bien.

Des reproches? Le système d’infodivertissement n’est pas à la hauteur de la concurrence dans tous les aspects ou presque. J’imagine aussi que certains consommateurs s’attendaient à une cabine plus invitante et/ou plus colorée étant donné le prix demandé. C’est d’ailleurs un gros problème : la Honda Ridgeline 2017 se vend à 47 000 $ en version Touring. 

Plusieurs amis et membres de la famille m’ont demandé : pourquoi je paierais quasiment 50 000 $ pour cette camionnette alors que celles de Ford, de Ram et de GM sont plus grosses, moins chères, dotées d’un V8 plus puissant et capables de remorquer de plus lourdes charges?
 
Bonne question. Comme c’était le cas avec la première génération de la Ridgeline, la réponse viendra d’un petit groupe d’acheteurs.

 

 

 

 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
100%
Honda Ridgeline 2017
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Honda Ridgeline 2017
Honda Ridgeline 2017
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :J.Pritchard
Photos du Honda Ridgeline 2017
Photo : Honda
Honda Ridgeline 2017
Photo : Honda
2017 Honda Ridgeline