Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Jeep Wrangler Sport S 2016 : essai routier

Jeep Wrangler Sport S 2016 : essai routier

Un 4x4 étonnamment raffiné Par ,

 Le Jeep Wrangler actuel existe depuis 2006, année où il a remplacé le TJ. Malgré plusieurs mises à jour au courant de la décennie ― la plus importante étant un V6 Pentastar de 3,6 litres et une boîte automatique à 5 rapports (optionnelle) en 2012 ― il arbore toujours le même look emblématique.

Certes, ladite boîte à 5 rapports n’est pas aussi sophistiquée que celles à 6, à 8 et même à 9 rapports également offertes par FCA, mais elle a fait ses preuves dans toutes les conditions routières et hors route que rencontrent les véhicules Jeep. Notons que la boîte manuelle à 6 rapports incluse de série demeure le premier choix des puristes de la conduite tout-terrain.

Versions et équipement
Cet exemplaire Sport S se positionne juste au-dessus du Jeep Wrangler Sport 2016 de base, mais en dessous des Willys Wheeler, Sahara, Rubicon et Édition 75e anniversaire, sans oublier les modèles Unlimited à empattement allongé et à 4 portes.

Ici, des jantes en alliage de 17 pouces chaussées de pneus mi-route, mi-hors route (255/75R17 OWL) remplacent les jantes en acier de 16 pouces. On retrouve aussi des vitres teintées, un volant gainé de cuir, un climatiseur et la radio satellite, le tout pour un supplément de 5 450 $ par rapport à la version Sport ordinaire ― PDSF de 33 145 $, plus le transport et les autres frais. 

Mon modèle d’essai comprenait également la boîte automatique à 1 495 $; l’ensemble Commodités électriques à 1 000 $, l’ensemble Connectivité à 525 $ (téléphonie mains libres et lecture audio en continu via Bluetooth, affichage multi-info de 3,5 pouces, etc.), des marchepieds tubulaires à 200 $, un système d’infodivertissement avec écran tactile de 6,5 pouces à 775 $, une chaîne sonore Alpine avec 9 haut-parleurs à 695 $, des coussins gonflables latéraux à 400 $ et une peinture Bleu hydro (sans frais). Prix final : 36 710 $. 

C’est bien, mais Jeep aurait pu en ajouter beaucoup plus, quoique je me contenterais seulement du toit rigide à 1 150 $, qui rend le Jeep Wrangler plus pratique à longueur d’année et qui facilite le chargement. La fermeture-éclair du toit souple est vraiment agaçante!

La version Sport S inclut bien sûr tout l’équipement de série de la Sport : toit souple Sunrider, phares antibrouillard, crochets de remorquage à l’avant et à l’arrière, système à 4 roues motrices Command-Trac, plaques de protection sous le réservoir d’essence et le boîtier de transfert, essieu avant Dana 30 et essieu arrière Dana 44 plus robuste (avec rapport de pont de 3:21), commandes au volant pour la radio et le régulateur de vitesse, système d’infodivertissement Uconnect à 8 haut-parleurs, console de plancher sur toute la longueur, barre antitonneau rembourrée avec haut-parleurs intégrés, banquette arrière qui se replie à plat, intérieur lavable avec tapis amovibles et bouchons de drainage, etc.

Performance
Le V6 dont j’ai parlé s’avère incroyablement doux, très puissant et même fort agréable à écouter. FCA l’emploie pour la majorité de ses produits Chrysler, Dodge et Jeep, allant des minifourgonnettes aux camionnettes en passant par les berlines de luxe et les VUS. Il n’y a pas d’autre option mécanique pour le Wrangler, mais comment se plaindre avec 285 chevaux et 260 livres-pied de couple? Quelques améliorations visent à assurer un fonctionnement plus raffiné, dont un couvercle de moteur acoustique, mais la plupart des amateurs de Wrangler se réjouiront davantage de l’admission d’air supérieure optimisée, des tuyaux de descente de longueur égale qui augmentent le couple à bas et à moyen régime de même que de l’alternateur monté haut et face vers l’arrière pour traverser des rivières sans inquiétude.

La boîte automatique à 5 rapports convient bien au Wrangler; ses passages sont doux et on ne sent pas la moindre hésitation. D’un autre côté, un plus grand nombre de rapports réduirait la consommation d’essence moyenne, qui se situe à 12,5 L/100 km. Ceci dit, connaissez-vous des VUS compacts aussi performants en dehors de l’asphalte? 

La lourdeur du Jeep Wrangler se traduit par un roulement étonnamment confortable, mais n’oublions pas toutes les améliorations apportées par les ingénieurs ces 10 dernières années. Si vous n’avez connu que le TJ ou encore ses prédécesseurs (YJ ou CJ), vous aurez un méchant choc! En fait, de mémoire, je n’ai jamais vu autant de souplesse sur la route ni de maniabilité dans les courbes de la part de ce Jeep. Si vous optez pour un Wrangler Rubicon ou une autre de ses versions plus extrêmes, vous vous ferez brasser la cage un peu plus, mais ceux qui recherchent de meilleures aptitudes tout-terrain s’en foutent royalement. 

Joindre l’utile à l’agréable
Je lui lève mon chapeau pour sa facilité d’accès aux places arrière : non seulement le siège du passager avant se glisse loin vers l’avant, mais il se soulève aussi pour obstruer le chemin le moins possible. Le hic, c’est qu’il faut par la suite remettre le dossier en place manuellement, faute d’un système de mémoire.

Au niveau du coffre, hormis le temps fou qu’on perd avec la fermeture-éclair du toit souple, mon seul reproche concerne le hayon qui s’ouvre latéralement du mauvais côté, c’est-à-dire vers le trottoir quand le véhicule est stationné dans la rue, rendant ainsi le chargement pénible. Jeep dit ne pas vouloir le changer par souci de tradition, mais la tradition ne l’a pas empêchée de raffiner sa mécanique, d’assouplir son roulement ni de rehausser la qualité de son habitacle! 

Le système d’infodivertissement que j’ai essayé est très bon, facile à consulter et à utiliser, tandis que la chaîne audio livre un son satisfaisant pour le prix. Le système de chauffage et de climatisation, lui, se résume à 3 grosses molettes toutes simples, bien assemblées et qu’on peut manipuler même avec des gants d’hiver.

L’interrupteur des miroirs électriques est facile d’accès, mais ceux des vitres électriques sur la console le sont moins. C’est compréhensible étant donné que les portières sont amovibles.

Finalement, j’ai été surpris de voir à quel point l’habitacle du Wrangler pouvait être silencieux malgré l’absence d’insonorisation au niveau du toit souple. En outre, les vitres latérales et arrière sont en plastique, mais on jurerait du verre. Il n’y a pas de balai essuie-glace à l’arrière, cependant, ni de dégivreur; en choisissant le toit rigide, le problème est réglé.

Mon verdict
Tous comptes faits, le Jeep Wrangler 2016 est un VUS amusant, confortable et performant en ville comme sur l’autoroute. Si vous osez vous aventurer loin des sentiers battus, vous découvrirez l’un des meilleurs 4x4 sur le marché, point final. Mon grand sourire de satisfaction au terme de mes différents essais avec le Wrangler, que ce soit en format régulier ou Unlimited, le prouve bien. 

Bref, avec sa silhouette légendaire, sa polyvalence extraordinaire et son niveau de raffinement surprenant, le Jeep Wrangler n’a pas d’égal pour le prix parmi tous les VUS avec un penchant pour la conduite hors route.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Jeep Wrangler Sport S 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos du Jeep Wrangler Sport S 2016