Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Lexus HS 250h 2010 : premières impressions

Lexus HS 250h 2010 : premières impressions

Par ,

Il serait très facile de classer cette voiture comme une Prius haut de gamme, mais on ferait du tort à la fois à Prius et à cette Lexus. La meilleure façon de définir les différences entre les deux voitures est d’analyser la philosophie derrière leur création. Toyota utilise la Prius comme véhicule de présentation pour sa technologie hybride à la fine pointe. Lexus utilise une technologie hybride pour créer une voiture de luxe supérieure.

Des études sur la gestion du débit d’air ont amené les ingénieurs à intégrer deux prises d’air distinctes sous le pare-choc.

Les concepteurs se sont donné la tâche de faire de cette voiture la Lexus la plus svelte jamais produite. Afin d’obtenir le coefficient de traînée final de 0,27, ils ont dû apporter des changements importants aux éléments de base. Lorsqu’on regarde la calandre Lexus traditionnelle, on ne voit pas d’ouverture qui laisserait entrer l’air. Des études sur la gestion du débit d’air ont amené les ingénieurs à intégrer deux prises d’air distinctes sous le pare-choc. L’une d’elles sert à refroidir le radiateur et alimenter le moteur, tandis que l’autre rafraîchit les commandes électroniques du système hybride.

Les lignes épurées ont été reprises sur le toit, des inclinaisons douces et régulières assurant l’écoulement laminaire de l’air. Sous la voiture, les ingénieurs ont inclus une série de plateaux permettant un débit d’air fluide. C’est sous la voiture que le débit d’air risque le plus d’achopper et de créer de la traînée qui augmente la consommation.

J’ai demandé à l’équipe Lexus s’il y avait un risque que ces plateaux se fissurent ou cassent en hiver à cause du froid et/ou d’un mauvais déneigement. Ils ont admis que c’est une possibilité, mais ils ne semblent pas croire que ce sera un problème vu la méthode de construction et l’emplacement des plateaux sous la voiture.

Lexus a écrit une nouvelle définition de luxe : il s’agit d’une « technologie déterminée enveloppée d’un produit bien pensé ». C’est le conducteur qui en prendra connaissance avant le passager. Lexus fait appel ici à son nouveau système d’interface personne-machine (IPM) qui permet l’absorption d’une grande quantité d’information.

On y trouve deux types de sièges en cuir selon l’ensemble qu’on choisit. Les deux sont de la même qualité et les deux sont chauffés, mais un seul est perforé pour permettre au système de ventilation des sièges de faire son travail. Les sièges du conducteur et du passager proposent tous deux huit réglages électriques. En optant pour l’ensemble Ultra Premium, on profite également d’une fonction de mémorisation des positions.

L’espace arrière peut devenir un peu limité pour les gabarits plus imposants, car ce modèle s’inscrit entre l’IS et l’ES en matière de dimensions. Le dégagement pour la tête et les jambes ne m’a jamais posé problème à l’arrière, mais si le passager avant devait vraiment reculer son siège, mes genoux heurteraient le dossier en gigotant. Si la personne à l’avant est de taille moyenne, genoux et pieds sont laissés en paix.

Le dégagement pour la tête et les jambes ne m’a jamais posé problème à l’arrière.