Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota C-HR 2020 essai à long terme, partie 3 : Cool & chill

Des protections d’assurance auto
de qualité, à prix avantageux. Obtenez une soumission en ligne dès maintenant.
OBTENEZ UNE
SOUMISSION AUTO

Auto123 fait l’essai à long-terme du Toyota C-HR 2020. Aujourd’hui, le troisième volet.

Voir aussi : Toyota C-HR 2020 essai à long terme, partie 1 : des humains et des machins

Voir aussi : Toyota C-HR 2020 essai à long terme, partie 2 : du cœur au ventre

Voir aussi : Toyota C-HR 2020 essai à long terme, partie 4 : le bulletin final

La silhouette du C-HR est compacte mais allumée, voire excentrique. Le petit toit se précipite vers le hayon comme si le vent lui peignait de force les couettes par en arrière. À la place de brillantine, on peut s’offrir une teinture grise ou noire, un traitement bicolore qui rehausse l’aspect juvénile de l’auto. Affublé d’un aileron de requin en guise d’antenne, le pavillon se métamorphose en becquet au-dessus de la lunette, tel un ado fier de sa casquette à l’envers.

Voici Shopicar ! Tous les modèles de l’année et toutes les promotions en cours.

Toyota C-HR 2020, toit
Photo : M.Crépault
Toyota C-HR 2020, toit
Toyota C-HR 2020, arrière du toit
Photo : M.Crépault
Toyota C-HR 2020, arrière du toit

Ça bouge partout
Pas un seul panneau qui ne reste sage. Des reliefs, des creux, des angles, voilà une masse sculptée pour créer plusieurs facettes où le regard s’épivarde. Toyota évoque d’ailleurs l’allure d’un « diamant ». Peut-être mais alors le tailleur en a fumé du bon.  

Ce n’est pas pour rien que le C-HR devait au départ être badgé Scion, avant que Toyota ne saborde en 2016 cette division dédiée aux jeunes acheteurs.

Les phares LED froncent les sourcils et les feux arrière sont plus protubérants que les yeux d’une grenouille en pamoison devant un crapaud blanc. La nuit venue, on a envie de les décoller de leurs coins pour ne pas se les faire dérober.

Toyota C-HR 2020, section avant
Photo : D.Boshouwers
Toyota C-HR 2020, section avant
Toyota C-HR 2020, feu arrière
Photo : D.Boshouwers
Toyota C-HR 2020, feu arrière

Nightshade
Pour 2021, le constructeur inclut dans la gamme une édition Nightshade. Une fois votre choix arrêté sur l’une des quatre couleurs de carrosserie (noir, blanc, rouge ou gris, et je vous fais grâce des qualificatifs comme « supersonique » et « magnétique »), le toit sera obligatoirement noir, un côté ténébreux étendu aux jantes de 18 po, poignées de portières, écussons, jupe et écailles noirâtres plaquées un peu partout comme une carapace. L’ensemble dégage un style Mad Max version Disney.

La stratégie Nightshade, déployée sur d’autres modèles du constructeur, est en réalité une variante du modèle XLE Premium vendu 28 589$ et auquel on ajoute 860$ pour les sombres ornements.

En dessous, on trouve le LE de base à partir de 26 089$ qui chausse des 17 po. Et au sommet se dresse le Limited tout garni de mon essai, à 31 189$. Soit dit en passant, ces prix inclus des frais de transport et de préparation de 1 840$, de climatisation (100$) et du concessionnaire (399$), mais la facture finale pourrait varier.

Toyota C-HR Nightshade 2021
Photo : Toyota
Toyota C-HR Nightshade 2021

Cabine jojo
L’habitacle se veut aussi funky que l’extérieur. Les cadrans logent dans des hublots groupés sur un écran de 4,2 po derrière le volant gainé de cuir (uréthane pour le LE). L’autre écran, le central, voit ses 8 po de diagonale enserrés par une lisière de faux métal qui dessine comme une vague d’une portière à l’autre. Cette intégration réussie nous sauve de cette désagréable impression ressentie quand ledit écran semble avoir été planté là à la sauvette.

Détaillez votre environnement et vous remarquerez le pas des portes crêté, les portières à motifs losangés et le plafond gaufré. Ça prouve le souci des designers à donner au C-HR une personnalité légèrement déjantée.

Toyota C-HR 2020, intérieur
Photo : D.Boshouwers
Toyota C-HR 2020, intérieur
Toyota C-HR 2020, portière
Photo : M.Crépault
Toyota C-HR 2020, portière
Toyota C-HR 2020, portière autre angle
Photo : M.Crépault
Toyota C-HR 2020, portière autre angle
Toyota C-HR 2020, plafond gaufré
Photo : M.Crépault
Toyota C-HR 2020, plafond gaufré

Les six haut-parleurs de la sono font un job, mettons, convenable. Il m’est arrivé plusieurs fois de tourner le bouton du volume au coton pour tenter de mieux entendre une toune et le résultat n’a pas ébahi mes tympans. Graduer vers une meilleure chaîne audio n’est pas une option, ce qui est étonnant pour un véhicule censé épater une jeune clientèle. Au moins, le système d’infodivertissement reconnait Apple CarPlay et Android Auto, tandis que le Limited accepte la radio satellite.

Le vocabulaire et l’intelligence de la reconnaissance vocale sont limités mais, si on s’en tient aux commandes suggérées, la conversation porte fruits. Je ne sais pas pour vous mais quand je dis « Radio FM 100,7 » et que la madame cachée sous le capot répète ma commande d’une voix enjouée avant de syntoniser la station souhaitée, je suis content. Imaginez quand je pourrai lui dire « vois-tu, ma fille a des problèmes au bureau avec sa patronne qui la traite injustement et j’aimerais savoir ce que tu en penses » ; ce jour-là, on sera vraiment en voiture !

Toyota C-HR 2020, console central
Photo : D.Boshouwers
Toyota C-HR 2020, console central
Toyota C-HR 2020, arrière
Photo : D.Boshouwers
Toyota C-HR 2020, arrière

Enfin, Toyota en fait un max pour protéger ses passagers en intégrant de série dans chacun de ses véhicules le système Safety Sense 2.0 (et même 2.5+ à grande échelle bientôt) qui regroupe des aides à la conduite aujourd’hui familières et même devenues indispensables. Rassurante initiative.

Mon prochain (et dernier) rapport sera un pot-pourri de détails qui complèteront le portrait d’un multisegment que je peux d’ores et déjà qualifier d’attachant.

Rencontre fortuite entre un C-HR Limited de 31 000$ et une Rolls-Royce Dawn 2018 de 420 000$ : les deux ont du style.
Photo : M.Crépault
Rencontre fortuite entre un C-HR Limited de 31 000$ et une Rolls-Royce Dawn 2018 de 420 000$ : les deux ont du style.
Rolls-Royce Dawn 2018 et Toyota C-HR 2020, face à face
Photo : M.Crépault
Rolls-Royce Dawn 2018 et Toyota C-HR 2020, face à face