Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

'12 Mopar 300

'12 Mopar 300

Par ,

Depuis que Chrysler a dévoilé sa berline 300 en 2005, je dis à tous ceux qui veulent bien l’entendre que cette voiture a, à mon avis, la plus belle gueule de toutes celles qu’on a créées au cours de la dernière décennie.

Pour sûr, ce Ralph Gilles a fait un travail incroyable quand il a dessiné la 300, dont la tunique compte plusieurs couleurs. En blanc, ou encore dans ce crème soyeux si distinctif, elle ressemble à une Bentley et semble valoir deux fois son prix. Certaines peintures rouges donnent à la 300 l’allure d’une voiture sport 4 portes, tandis qu’en noir, elle a un air méchant et, ma foi, fait style mafioso.

Mais en 2011, on lui fait subir une métamorphose complète – et j’ai porté la main à mon front. Mais pourquoi refaire un si magnifique spécimen de design automobile? Et bien, à mon grand étonnement, ils ont réussi un autre coup de maître : la 300 redessinée est magnifique et est la digne successeure de l’ancien modèle. Alors, quoi d’autre?

Eh bien, elle est produite en édition très limitée, ce qui pousse les voitures dans un sens ou dans l’autre. C’est pourquoi j’ai pu, durant une journée d’essai Chrysler tenue récemment, simplement m’installer derrière le volant de la ’12 Mopar 300.
 
’12 Mopar 300 vue 3/4 avant
’12 Mopar 300 (Photo: Kevin ''Crash'' Corrigan)

Bien sûr, le nom Mopar (pour MOtor [moteur] et PARts [pièces]) existe depuis les années 30, mais ce n’est qu’à partir des années 60 et la vague des muscle car qu’il s’est fermement ancré pour s’associer aux pièces automobiles de performance. Il est depuis devenu le symbole de la puissance au sein de la famille Chrysler, et la ’12 Mopar 300 est très certainement à la hauteur de cette réputation.

On voit tout de suite qu’il s’agit d’une Chrysler 300, mais ses élégantes rayures bleues sont un premier indice qu’il y a là quelque chose de légèrement différent. Et si vous n’avez pas encore bien saisi, disons que ses jantes noires et bleues de 20 pouces ne font aucun doute que vous vous trouvez face à quelque chose de spécial. Et bien que discret, l’étincelant insigne Mopar posé sur le coffre arrière dit tout et aura vite dissipé les derniers doutes... Voilà, vous venez tout juste de devenir un réel mordu de Mopar!

Propulsée par le fidèle moteur HEMI V8 de 5,7L (363 chevaux) doté de la technologie de désactivation des cylindres à économie de carburant, la ’12 Mopar 300 déploie un rapport de 3.91:1 au différentiel arrière (au lieu du traditionnel 3.06:1), ce qui lui permet de s’élancer de 0 à 100 km/h en deçà de 5 secondes. Avouez que c’est du super rapide pour une voiture de cette taille et de ce poids – mais ce véhicule est plus qu’un simple dragster longiligne!

La ’12 Mopar 300 offre une suspension performance à ressorts avant et arrière plus ferme de 42 % et 23 % respectivement (comparativement aux modèles de la Chrysler 300 à suspension tourisme). Elle est également munie de pneus Goodyear Eagle F1 P245/45R20 très mordants, d’étriers avant à double piston et d’étriers arrière à simple piston : elle est donc adéquatement équipée pour bien prendre les virages et adhérer à la route, et elle s’arrête aussi magnifiquement qu’elle démarre.

C’est une grosse voiture, mais il suffit de déplacer le levier de vitesse jusqu’au cran du mode manuel pour que le gentil toutou se transforme en un pitbull fringant. Il faut avoir expérimenté le maniement d’une voiture de cette taille pour croire en ses prouesses — idem pour son accélération rapide comme l’éclair. De bien des façons, c’est une voiture surprenante : vous pourriez très bien en voir passer une sans même la remarquer, alors qu’une autre vous dépassera et vous vous demanderez : « Mais qu’est-ce que c’était que ça? »

C’est vrai, j’aime l’édition Mopar de la 300, je l’aime même beaucoup.
 
'12 Mopar 300 logo
'12 Mopar 300 (Photo: Kevin ''Crash'' Corrigan)