Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Classiques oubliés : la Mitsubishi Minica… ou la tondeuse sur quatre roues

En 1962, Mitsubishi présentait aux consommateurs japonais la première voiture d’une série connue sous le nom de Kei Cars. En somme, le nom faisait référence à des micros voitures légères, peu puissantes, mais légales sur toutes les routes. Surtout, elles étaient abordables et accessibles à un maximum de consommateurs.

Mitsubishi Motors
À ce moment de l’histoire, Mitsubishi, telle qu’on la connaît, prenait son envol. L’entreprise, dont les origines remontent à 1917, avait connu des hauts et des bas jusqu’à l’avènement de la Seconde Guerre mondiale. Elle avait de plus été scindée en différentes divisions par les alliés au lendemain du conflit, si bien que ce n’est qu’en 1964 que la Mitsubishi Motors moderne va voir le jour.

Au début des années 60, l’économie japonaise reprenait du poil de la bête, ce qui rendait possible la vente de voitures peu onéreuses à une population en quête de liberté. La Minica se pointait donc au bon moment sur le marché.

Inspiré de la 360…
Le modèle était en fait basé sur une camionnette née une année auparavant, la 360. Produit minimaliste, la puce était dotée d’un moteur 2-cylindres à 2-temps refroidi à l’air de 359cc qui produit l’incroyable puissance de… 17 chevaux. La motricité se trouvait aux roues arrière et côté suspension, la simplicité était au rendez-vous avec une poutre rigide à l’arrière et des lames, tant à l’avant qu’à l’arrière.

On peut imaginer un comportement plutôt rudimentaire et des prestations tout aussi basiques, mais puisque le poids du bolide dépassait à peine les 1000 livres, les gens s’en accommodaient tout de même.

Quant à la configuration de la carrosserie, il est amusant de remarquer que les portières s’ouvraient à partir de l’avant pour favoriser un accès plus facile à bord.

La Minica demeurera pratiquement inchangée jusqu’en 1969. À ce moment, la deuxième génération du modèle fera ses débuts. Incroyablement, l’aventure va durer jusqu’en 2011 où le modèle sera remplacé par un modèle issu de la série eK, la suite logique de la série des Kei Car.

Quant à la Minica, ne cherchez pas un exemplaire en Amérique du Nord, puisque cette voiture ne nous était pas réservée. Si vous en trouvez une, elle sera assurément porteuse d’une histoire incroyable, y compris une épopée en bateau sur les océans pour nous parvenir.