Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

La cartographie HERE de Nokia ne passera pas aux mains d’Uber

La cartographie HERE de Nokia ne passera pas aux mains d’Uber

Daimler, Audi et BMW s’allient pour acquérir la marque finlandaise Par ,

Nokia a vu Uber se retirer de la course à l’achat de son système de cartographie HERE, selon ce que rapporte Reuters. Ainsi, le consortium de constructeurs allemands formé par BMW, Daimler et Volkswagen a presque le champ libre pour se porter acquéreur du système tant convoité et dont la valeur est estimée entre 2 et 4 milliards d’euros. Les 3 constructeurs, déjà clients de la cartographie Here de Nokia, étaient prêts en mai dernier à allonger chacune 785 millions de dollars pour mettre la main sur ces cartes.

Here, le nec plus ultra des systèmes de cartographie
On ne sait pas encore pourquoi Uber a jeté l’éponge en ce qui concerne le rachat de Here, mais qu’est-ce que ce système peut bien offrir pour que tous veuillent se l’approprier pour des sommes faramineuses? C’est simple : Nokia a créé une solution de cartographie à la fine pointe de la technologie, en offrant notamment de nombreuses caractéristiques qui ne sont pas supportées par le système de son principal concurrent, Google. 

HERE offre entre autres la possibilité de télécharger gratuitement des cartes intégrales pour près de 100 pays partout dans le monde et de les utiliser hors connexion. Vous désirez vous rendre à un endroit précis? HERE fera en sorte non seulement de vous y conduire, mais aussi de vous donner les indications routières pour que vous puissiez arriver du bon côté de la rue. Les entreprises y voient aussi un grand avantage, car elles peuvent géolocaliser leur flotte de véhicules. Pas étonnant alors qu’il soit perçu un peu comme le Saint Graal de la cartographie!

Des pourparlers qui s’annoncent ardus pour les parties impliquées
Si le fait qu’Uber soit désormais écartée de la course doit faire le bonheur de Daimler, Audi et BMW, le consortium allemand n’est pourtant pas au bout de ses peines. En effet, les négociations ne s’annoncent pas de tout repos entre Nokia et ces éventuels acheteurs, qui doivent entre autres déterminer le prix d’achat de HERE de même que la structure, selon ce qu’on peut lire sur le site de Reuters.