Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Avec un peu de préparation et d'entretien, l'hiver ne viendra pas à bout de votre habitacle

Avec un peu de préparation et d'entretien, l'hiver ne viendra pas à bout de votre habitacle

Par ,

Vous connaissez le concept : l'hiver, le sel, le sable, la saleté et l'humidité se donnent tous rendez-vous dans votre maison. Qu'elles soient introduites par l'intermédiaire de vos bottes, vos vêtements ou vos compagnons quadrupèdes, ces nuisances finissent par s'attaquer à vos planchers et votre moquette et peuvent facilement s'y incruster et les abîmer si elles ne sont pas nettoyées.


Votre voiture, camionnette ou VUS est sujet au même problème, mais il risque de souffrir plus, car peu d'automobilistes prennent le temps de nettoyer l'habitacle de leur véhicule lorsqu'il fait -20 °C.

Bien sûr, un peu d'entretien intérieur peut grandement contribuer à maintenir votre véhicule comme neuf, ce qui s'avère très important lorsque vient le temps de l'échanger ou le vendre. En fin de compte, une voiture bien entretenue, et qui en a l'apparence, vaudra plus qu'une qui ne l'a pas été.

Alors, comment empêcher cette solution saline abrasive d'abîmer davantage les tapis de votre véhicule? La réponse est relativement simple, impliquant de la préparation et de l'entretien qui relèvent surtout du gros bon sens.

La préparation peut prendre la forme de protège-tapis quatre saisons stratégiquement posés avant l'arrivée de l'hiver. Vous pouvez vous procurer un ensemble générique chez votre détaillant de pièces automobiles pour environ 20 $ ou un ensemble de protège-tapis ajustés conçus spécialement pour votre véhicule chez le concessionnaire pour 100 $ ou plus. Ces derniers sont la meilleure option, si votre budget vous le permet. Ils retiendront presque tout, même autour du bord.

Un bon protège-tapis quatre saisons est fabriqué de caoutchouc épais et robuste qui est assez profond pour retenir de grandes quantités d'eau et de sable. En laissant des protège-tapis facilement nettoyables retenir la neige fondue et le sel, les tapis du véhicule ne seront pas tachés ni déchirés.

Si vous conduisez une fourgonnette, une camionnette à cinq places ou un VUS multisegment, songez à vous procurer un protège-tapis d'une pièce qui s'étend d'un bout à l'autre du plancher arrière. Ce type de protège-tapis ne se déplace pas et offre une meilleure protection lorsqu'on transporte de plus gros objets.

On arrive déjà à la mi-saison, et peut-être que vos protège-tapis en tissus ressemblent à des blocs gelés parsemés de grosses pépites de sel durci. Même si c'est le cas, il n'est pas trop tard pour vous procurer des protège-tapis en caoutchouc. Retirez les protège-tapis en tissus et enlevez les taches de sel à l'aide d'une brosse de soies de porc dans le lavabo de votre salle de lavage.


Si le tapis est également abîmé, il est important de le nettoyer d'abord plutôt que de simplement couvrir le dégât. Un bon coup d'aspirateur éliminera le sable et le sel, et il vous faudra peut-être le brosser ou le shampouiner afin d'enlever les taches plus tenaces. Certains affirment que de l'eau bouillante et un souffleur-aspirateur éliminent bien les taches de sel aussi. Par contre, laissez sécher le tapis complètement avant de le couvrir d'un protège-tapis en caoutchouc, ou vous serez presque certainement aux prises avec de la moisissure.

Lorsque vous songez à acheter un ensemble de protège-tapis en caoutchouc, notez que la moisissure et le sel que vous apercevez ne sont que la pointe de l'iceberg. La solution d'eau salée corrosive traverse facilement le tapis pour atteindre le plancher en dessous, accélérant la corrosion et la détérioration de la carrosserie.

Si vous n'avez ni le temps, ni les outils pour bien nettoyer l'habitacle de votre véhicule par temps froid, votre concessionnaire offre probablement divers services de nettoyage qui pourront être effectués lors de la prochaine vidange d'huile ou mise au point. N'oubliez pas de parler à votre concessionnaire à propos des shampoings pour tapis et des protège-tapis ajustés lors de votre prochaine visite.
photo:Jupiter Images, Philippe Champoux