Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

La berline Série 1 de BMW débarque en Amérique du Nord

Vous souvenez-vous de la Série, offerte brièvement chez nous il y a quelques années ? Cette dernière a poursuivi sa carrière sous d’autres cieux et dans le cas de la berline, n’était proposée que sur le marché chinois jusqu’à tout récemment. BMW avait même mentionné qu’elle n’avait pas l’intention de la commercialiser ailleurs dans le monde. 

Et bien on efface tout et on recommence. La plus petite voiture quatre portes du groupe allemand débarque en Amérique du Nord. 

Attendez toutefois avant de courir chez votre dépositaire BMW pour en faire la réservation, le modèle prend pour l’instant l’unique direction du Mexique. 

La berline, qui partage sa plateforme et sa configuration à traction avec la MINI, va rejoindre la mouture à hayon de la même série qui, elle, profite d’une architecture à propulsion. Pour ajouter à la confusion, cette dernière est disponible en version à trois ou à cinq portes. 

Rien n’est jamais simple chez BMW. 

La nouvelle venue, la berline à traction, sera livrée avec un seul habillage, soit Sport Line, et sera proposée à un prix d’environ 24 500 $ américains, soit quelque 2250 $ de moins qu’un modèle de la Série 3. 

Mécaniquement, le bolide pourra être animé d’un 3-cylindres turbo de 1,5 litre bon pour 136 chevaux et 162 livres-pieds de couple. Vous l’avez deviné, il s’agit du moteur que l’on retrouve dans la MINI Cooper. Une boîte automatique à six rapports lui sera jumelée. 

Un bloc 4-cylindres turbo de 2 litres, offrant cette fois 192 chevaux et 207 livres-pieds de couple, est aussi proposé. Ce dernier sert la version S de la Cooper, à la différence que dans ce cas, il sera marié à une transmission automatique à huit vitesses. 

Cette variante sera reconnaissable au nom 120iA alors que l’autre répondra à celui de 118i. 

Si l’on vous fait part d’une nouvelle qui ne concerne que le Mexique pour l’instant, c’est parce qu’elle est peut-être annonciatrice d’autres choses. Lorsqu’un constructeur jure que tel ou tel modèle ne sera pas commercialisé dans une région du monde, et qu’il y aboutit finalement, ça signifie qu’on est à revoir la stratégie dans les hautes sphères de l’entreprise. 

Conséquemment, il faudra surveiller les prochains salons automobiles nord-américains afin de voir si la Série 1 n’y fait pas une apparition remarquée. 

Pariez que si elle effectuait un retour, elle pourrait connaître du succès chez nous, surtout en configuration à hayon.