Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Cours après moi shérif : Pontiac Trans Am

Cours après moi shérif : Pontiac Trans Am

Par ,

Quand on parle d'une voiture américaine célèbre, en voici une. L'acteur Burt Reynolds ne serait jamais devenu une légende aux États-Unis en conduisant la Mini Austin de Mr Bean. Par contre, tout le monde se souvient de lui au volant de la Pontiac Trans Am noire et or des années 1970.

Sorti en 1977, le film « Cours après moi shérif » (Smokey and the Bandit) fait fureur. Le pari anodin de livrer de la bière à travers le sud du pays se transforme rapidement en l'une des meilleures poursuites policières de l'histoire du cinéma. On y voit de gros camions, de l'action et des cascades époustouflantes ainsi qu'une fort jolie demoiselle (Sally Field). Ajoutez à cela des séquences drôles à mourir et vous obtenez un véritable classique.

Pontiac Trans Am Smokey and the Bandit vue 3/4 avant
Photo: General Motors

Bien sûr, la grande vedette du film reste la Trans Am de Bo Darville, dit le Bandit. Bien que General Motors n'ait jamais produit une édition Bandit de cette Pontiac, plusieurs propriétaires ont transformé la leur pour qu'elle lui ressemble parfaitement. Dans les faits, Pontiac a simplement profité du film pour promouvoir son design « 50e anniversaire » noir et or réservé aux Trans Am LE et SE.

Au fil des ans, différents modèles Bandit sont toutefois apparus sur les routes et un club a même été formé (www.bandittransamclub.com). Ses membres démontrent une telle passion que le magazine Hot Rod les a déjà qualifiés de « fanatiques enragés ». Et je les comprends. La toute première voiture que j'ai possédée en déménageant à Toronto était une Pontiac Trans Am 6.6L 25e anniversaire avec sellerie en cuir gris et toit en « T ». Quel bolide! Je l'adorais de tout mon cœur... jusqu'à ce que je goûte aux joies des hivers canadiens. Après de nombreux dérapages et quelques bonnes frousses, je m'en suis débarrassé. Dommage, car des exemplaires en bonne condition se revendent aujourd'hui à des prix faramineux.

Étant donné le succès monstre de « Cours après moi shérif », deux suites ont vu le jour au début des années 1980. Sans grande surprise, elles n'ont pas été à la hauteur du film original. Je ne vous parle même pas des films produits spécialement pour la télévision. Brian Bloom dans la peau de Bandit? Non, mais où avaient-ils la tête?

Pour moi, il n'y aura toujours qu'un seul vrai Bandit – Burt Reynolds – et un seul vrai « Cours après moi shérif ».