Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

DeLorean DMC-12

DeLorean DMC-12

Retour vers le futur! Par ,

Le nom de cette voiture ne vous dit peut-être pas grand-chose, mais si j'ajoute qu'elle a pris la vedette dans Retour vers le futur, vous saurez immédiatement qu'il s'agit de la machine à voyager dans le temps. Bien que le film à succès de 1985 figure parmi les classiques de Hollywood, l'histoire rocambolesque de la DeLorean DMC-12 s'avère probablement beaucoup plus intéressante : le président de la compagnie accusé de trafic de drogues, une perte de 100 millions £ pour le gouvernement britannique, de l'argent gaspillé par Johnny Carson et Sammy Davis Jr, etc.

La production de la fameuse sportive en acier inoxydable et aux portes-papillon a débuté en janvier 1981 à l'usine de DeLorean Motor Company, située à Dunmurry, en Irlande du Nord. Le propriétaire, John DeLorean, avait embauché William T. Collins (ancien ingénieur en chef chez Pontiac) pour construire le premier prototype en 1976. Cependant, il a fallu plusieurs années avant d'obtenir le financement nécessaire à la production de masse. Une somme de 100 millions £ a été investie par l'agence de développement de l'Irlande du Nord. Des sociétés privées ainsi que des particuliers, dont les deux célébrités susmentionnées, ont fourni le capital manquant.

DeLorean DMC-12
Photo: profilesinhistory.com

La DeLorean DMC-12 a été conçue spécialement pour le marché américain et a connu des problèmes dès le départ. Le moteur installé à l'arrière devait être un Wankel rotatif fabriqué par Citroën, mais on a dû le remplacer par un V6 de 2,8 litres signé PRV (Peugeot Renault Volvo) en raison de sa consommation d'essence trop élevée. Rappelons qu'à l'époque, une crise pétrolière secouait la planète. Le V6 finalement lancé aux États-Unis développait 130 chevaux.

Plusieurs des technologies employées dans la conception de la DMC-12 n'avaient pas été testées et des modifications ont dû être apportées au cours des premiers stades de la production. Colin Chapman, de Lotus, s'est amené et a rapidement pris en charge les différents travaux.

Environ 9 000 exemplaires ont été assemblés avant que l'usine interrompe ses opérations en 1982. De ce nombre, il en resterait 6 500 selon les estimations.

DeLorean Motor Company a fait faillite vers la fin de 1982, à la suite de l'arrestation de John DeLorean pour trafic de drogue. La cour l'a éventuellement disculpé, mais c'était trop tard pour reprendre la production de la DMC-12. Le gouvernement britannique et plusieurs autres investisseurs ont perdu leur argent dans ce qui est encore perçu comme l'un des plus grands fiascos de l'histoire automobile.

En 1995, en se servant du nom « DeLorean Motor Company », un entrepreneur du Texas nommé Stephen Wynne a fondé une compagnie assemblant des voitures à partir d'équipements neufs jamais utilisés, de pièces originales et de composantes reproduites à l'aide du numéro d'identification du véhicule (NIV). Puisque ces bolides portent des NIV déjà existants, ils sont considérés simplement comme de nouveaux assemblages et non de nouveaux véhicules.

Les producteurs de la trilogie Retour vers le futur ont eu recours à sept DMC-12 pour filmer l'ensemble des scènes. La rumeur veut que seulement trois aient survécu au tournage. Une replique de la voiture du film a récemment été mise à l'encan, se vendant pour 55 000 $. (mise à jour: quelques jours après la publication de cet article, une DeLorean ayant été utilisée dans la 3e partie de la trilogie RVLF s'est vendue à l'encan pour 541 000 $ US.)

Ça semble bien peu pour une machine à voyager dans le temps. Évidemment, nous sommes en 2011 et le monde vit une crise économique majeure. Si le nouveau propriétaire déniche suffisamment de plutonium, appuie sur les bons boutons et atteint 88 mi/h, il pourrait revenir à l'époque où la DeLorean DMC-12 valait beaucoup plus cher!