Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Des ingénieurs surdoués qui tournent en rond

Des ingénieurs surdoués qui tournent en rond

Par ,

Combien de fois entendons-nous dire que la Formule 1 représente le « pinacle » de la course automobile? Ou dire que les monoplaces de F1 sont les voitures de courses les plus avancées au monde?

Ce n'est plus vrai, en fait. Eh oui... Depuis plusieurs années, et afin de diminuer les coûts, la Fédération internationale de l'automobile a mis le frein sur ce qu'il est permis de faire dans la conception d'un bolide de F1.

Le problème est que les ingénieurs deviennent de plus en plus frustrés, et que les voitures de F1 sont à peu près toutes identiques, sauf pour un œil hautement entraîné.

Le génial concepteur des Red Bull, Adrian Newey, a récemment exprimé sa frustration face à toutes ces restrictions.

Il dit comprendre que si rien n'avait été interdit, les pilotes devraient encaisser des accélérations de plus 10 G en virages et que les voitures rouleraient à plus de 400 km/h sur chaque petit bout de ligne droite. À ces conditions, aucun circuit actuel ne pourrait accueillir un Grand Prix!

À la fin des années 70 et début des années 80, tout, à peu près, était permis. Les ingénieurs rivalisaient d'imagination. C'est à cette époque qu'on a découvert les voitures de F1 les plus formidables et les technologies les plus débridées.

On a vu apparaître en F1 les pneus radiaux, les moteurs turbos, les suspensions actives, la Tyrrell à six roues, la Lotus à double châssis, la Brabham aspirateur, etc. Mais tout ceci est désormais interdit.

Dorénavant, les ingénieurs, des cerveaux brillants, sont contraints à passer de longues journées à peaufiner des éléments à peu près figés, comme de déplacer d'un millimètre le bord de fuite d'une dérive d'aileron. Cette solution apportera peut-être un gain de seulement 0,01 % sur l'ensemble d'un tour de piste, mais cela justifie l'argent englouti.

Les ingénieurs pleins d'imagination sont maintenant limités à faire du travail de « finition » ; à pondre des améliorations aux effets minimes. Souvent vite interdites par la FIA.

C'est comme si on demandait à un prix Nobel de physique de consacrer son temps exclusivement sur des questions mathématiques de niveau scolaire secondaire... Beau gaspillage!

Heureusement, le retour des moteurs turbos en 2014 viendra combler un peu cette soif de développement et de création.

Formule 1
Photo: Philippe Champoux