Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Entrée en bourse de GM: de bons résultats, mais des nuages noirs à l'horizon?

Entrée en bourse de GM: de bons résultats, mais des nuages noirs à l'horizon?

Par ,

Une semaine après l'anticipé retour en bourse de General Motors, l'optimisme règne chez le fabricant américain, toutefois un nuage noir nommé Opel plane toujours au-dessus de sa tête.

Le premier appel public à l'épargne a atteint les 23,1 milliards la semaine dernière, lorsque GM a offert plus d'actions et a vu le prix de celles-ci passer de 26 $ à 33 $. De plus, le prix de l'action ordinaire s'est établi à 34,26 $ à la fermeture des marchés boursiers.

Ajoutant à l'optimisme global, Steve Girsky, vice-président de la stratégie corporative de GM, a mentionné que la forte demande en bourse confirme que « les produits compétitifs de GM, les meilleures finances et les opportunités de croissance au niveau mondial mettent désormais le spectre de Government Motors derrière nous, les ventes globales ayant été affectées négativement par les mesures d'aide ».

Ce sont de bien bonnes nouvelles, me direz-vous, mais il reste encore des détails assez importants à régler du côté de GM afin de les ramener au sommet, plus particulièrement du côté de sa branche européenne Opel.

Nick Reilly, chef de la direction d'Opel, a projeté des pertes de 2 milliards de dollars pour l'année 2010 et a annoncé que la compagnie avait perdu 1,2 milliard au cours des trois premiers trimestres. Sachant que GM a engendré des profits de 2 milliards au deuxième trimestre, cette nouvelle pourrait faire peur aux investisseurs de GM.

M. Reilly a aussi exprimé sa volonté d'abolir 8 000 emplois, dont 4 000 uniquement en Allemagne. De telles coupures permettront la profitabilité à moyen et à long terme, mais les compensations données aux travailleurs qui quitteront ajouteront aux pertes du manufacturier. Par le passé, GM a dû débourser 532 millions de dollars afin d'abolir 1 800 emplois, représentant environ 200 000 $ par travailleur. M. Reilly a mentionné que « les travailleurs refusent de quitter avec un parachute doré dans les six chiffres et en veulent plus, ce qui veut dire que le coût pour éliminer ces emplois jouera dans les milliards ».

M. Reilly a aussi avoué que l'année prochaine pourrait devenir problématique si l'acceptation de l'offre d'Opel ne change pas, la marque ayant de la difficulté à vendre ses véhicules en Allemagne. L'objectif de la compagnie pour 2011 sera donc d'atteindre la rentabilité en ne tenant pas compte des coûts de restructuration.

Avec l'ajout de véhicules comme la Chevrolet Volt et la Cruze, peut-être que l'enthousiasme du marché n'affectera pas le cours des actions de GM et leur profitabilité, mais l'annonce faite par Opel jette un gros pavé dans la mare. Espérons le meilleur pour GM d'ici la fin de l'année et pour 2011!

Source: Thruthaboutcars.com