Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Équiterre et Vivre en ville révèlent leur plan pour libérer le Québec du pétrole

Équiterre et Vivre en ville révèlent leur plan pour libérer le Québec du pétrole

Par ,

Montréal, QC - Équiterre et Vivre en ville ont présenté aujourd'hui un projet politique intitulé « changer de direction » et ont pressé le gouvernement du Québec à adopter des mesures pour réduire de 60% la consommation du pétrole d'ici 2030 par rapport au niveau de 2009. Selon les auteurs du document proposant plus d'une trentaine d'actions, leur plan pourrait briser ce qu'ils décrivent comme « le cercle vicieux de la dépendance à l'automobile ».

Selon leur analyse de la situation, l'étalement urbain favorise la possession et l'utilisation de véhicules, ce qui augmente le débit de la circulation, la congestion et crée une nécessité de construire de nouvelles autoroutes ou bien d'élargir celles déjà construites. Tout cela instaure un besoin de posséder une automobile, recommençant le processus.

Photo: Marc-André Hallé/Auto123.com

Pour l'arrêter, quatre objectifs permettant d'économiser 4,2 milliards de litres de pétrole, 4 milliards de dollars pouvant être réinjectés dans l'économie et de supprimer 9,8 millions de tonnes de CO2 de l'atmosphère d'ici à 2030 devraient être mis en place :
  • Réduire le kilométrage parcouru en automobile de 20% en limitant le nombre et la longueur des déplacements et en développant des collectivités compactes (50% de l'effort estimé)
  • Fixer une norme d'émissions de gaz à effet de serre plus sévère en se basant sur ce que l'Europe fait à ce chapitre (33% de l'effort)
  • Atteindre une part de 5% de véhicules électriques (6% de l'effort)
  • Réduire à 25% la part de camions légers du parc de véhicules (11% de l'effort)
Tout repenser de A à Z
Les ambitions d'Équiterre et de Vivre en ville impliquent un virage majeur dans lequel le cadre législatif (lois sur l'aménagement et l'urbanisme, de la protection des territoires agricoles, etc.), budgétaire (programmes de soutien aux infrastructures et de soutien à l'habitation) et la définition des rôles municipaux et gouvernementaux seraient révisés.

Pour monsieur et madame tout le monde, les transports actifs (vélo, marche) au niveau local, le transport en commun électrifié ou hybride pour se déplacer à l'extérieur de son lieu de résidence, le covoiturage et l'autopartage deviendraient une partie intégrante du quotidien des Québécois.

À l'inverse, les autoroutes ne seraient plus développées, prolongées et/ou élargies à la grandeur de la province tandis que la taxe sur le carburant serait augmentée et qu'une prime sur les stationnements commerciaux ferait son apparition pour financer en partie ce changement radical.