Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Bernie Ecclestone admet qu'il ne pourrait pas diriger la FOM depuis la prison

F1: Bernie Ecclestone admet qu'il ne pourrait pas diriger la FOM depuis la prison

Par ,

Bernie Ecclestone a bien voulu admettre que son règne à la tête de la Formule Un pourrait effectivement prendre fin si on venait à la mettre en prison.

C’est qu’Ecclestone baigne toujours dans une affaire de corruption, l’impliquant lui, le banquier allemand Gerhard Gribkowsky et une « commission » de 50 millions de dollars, versée par Ecclestone à Gribkowsky lors de la vente de la F1 à CVC Capital Partners en 2006.

Affaire que le président de Ferrari Luca di Montezemolo a ramené à l’ordre du jour avec ses propos acerbes. Le dignitaire italien a laissé entendre qu’il serait préférable « pour les intérêts de la F1 », qu’Ecclestone se retire avant qu’il ne soit trop tard.

« Si Bernie est accusé dans le procès, je pense qu’il sera le premier à reculer dans les affaires de F1 », peut-on lire sur Autohebdo.fr.

« Cela pourrait être mauvais pour la discipline. »

Le principal intéressé n’a pourtant pas fait de cas du récent discours de Montezemolo, se contentant simplement d’admettre les faits.

« CVC serait forcée de me remplacer (à la tête de Formula One Management), si les Allemands s’emparent de moi. La compagnie n’aurait pas d’autre choix, si je suis mis en prison », a-t-il déclaré dans le Telegraph britannique.