Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Bernie Ecclestone menace de poursuivre la FIA si les nouveaux moteurs vendent moins

F1: Bernie Ecclestone menace de poursuivre la FIA si les nouveaux moteurs vendent moins

Par ,

D'après GMM

Bernie Ecclestone a menacé d'aller jusqu'à la cour pour manifester son opposition aux nouveaux moteurs qui seront instaurés en 2014.

Même si les équipes et les motoristes se sont entendus sur un moteur V6 plutôt que quatre cylindres d'ici deux ans, Ecclestone et plusieurs promoteurs de pistes sont toujours mécontents.

Ce qu'ils redoutent par-dessus tout est le son qu'auront ces moteurs par rapport aux V8.

En fait, plusieurs promoteurs ont même laissé savoir qu'ils pourraient bien se tourner vers l'IndyCar si le tout n'était pas à leur goût.

« Les promoteurs croient que les nouveaux moteurs vont réduire l'affluence à leur piste en réduisant le prestige associé à la F1. Ils vendraient donc moins de billets et ne pourraient pas nous payer », a expliqué l'octogénaire.

« Ils ont un contrat avec nous et s'ils ne peuvent l'honorer parce qu'ils ne peuvent vendre de billets à cause de nos moteurs, je ne leur en tiendrai probablement pas rigueur, mais je devrai peut-être poursuivre la FIA. »

La situation a gravement dégénéré avec maintenant deux camps : celui d'Ecclestone et des promoteurs contre le projet et celui de la FIA appuyé par plusieurs équipes de renom comme Ferrari.

« Je suis heureux du choix du V6 pour 2014. C'était la bonne décision dictée par le bon sens. Ça prouve qu'en étant raisonnable on peut accomplir de grandes choses en F1 », avait d'ailleurs déclaré Luca di Montezemolo.

Ecclestone a par ailleurs nié que certaines équipes tenteraient d'acheter des droits commerciaux de la Formule 1 afin de mieux diriger le sport.

« Très peu d'entre elles ont les moyens de payer une saison complète de Formule 1, alors imaginez payer une partie du sport! », a-t-il insisté.

Martin Whitmarsh, président de la FOTA, croit que la Formule 1 devrait être "le sport numéro 1" au monde plutôt que le troisième seulement, mais il se voit mal avisé de blâmer l'administration de Bernie Ecclestone.

« Je vais commencer par me critiquer moi-même », a raisonné Whitmarsh.