Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: D'autres Formule 1 à six roues bizarres!

F1: D'autres Formule 1 à six roues bizarres!

Par ,

La semaine passée, Auto123.com a publié un article sur la Ferrari 312T6 de Formule 1 à six roues, voiture révolutionnaire qui n'a toutefois jamais couru en Grand Prix. Mais la Ferrari n'a pas été la seule F1 à six roues. En voici d'autres exemples…

TYRRELL P34

Derek Gardner, concepteur en chef de l'écurie Tyrrell, désirait réduire la surface frontale et la traînée aérodynamique de sa nouvelle monoplace. La P34 était donc munie de deux roues arrière normales et de quatre petites roues de 10 pouces à l'avant.

Un système de direction complexe, muni de renvois, permettait de diriger simultanément les quatre roues avant.

En 1976, Jody Scheckter et Patrick Depailler ont piloté la P34 tandis qu'en 1977, Depailler et Ronnie Peterson étaient coéquipiers chez Tyrrell.

La voiture était difficile à piloter, mais Scheckter a quand même récolté une victoire, la seule, de la P34 sur le circuit d'Anderstorp en Suède en 1977.

L'écurie Tyrrell a abandonné la P34 quand Goodyear a refusé de poursuivre le développement et de fournir des pneus avant spéciaux de 10 pouces exclusivement destinés à la P34.

MARCH 2-4-0

Les deux principaux responsables de l'écurie March, Robin Herd et Max Mosley (oui, l'ancien président de la FIA) ont approuvé en 1976 la construction d'un prototype d'une voiture de F1 à six roues.

Mais contrairement à la Tyrrell P34, la March 2-4-0 devait posséder quatre roues arrière, et seulement deux à l'avant.

Ce design franchement innovateur exigeait la conception et la fabrication d'une boîte de vitesses spéciale destinée à réduire la perte de puissance causée par la friction des composantes internes, en plus de gérer correctement le fonctionnement de deux différentiels.

Le caisson de la boîte devait aussi être renforcé afin de résister aux énormes contraintes en torsion générées par les quatre roues de la propulsion.

La monoplace fut essayée à quelques reprises, mais la transmission ne résistait pas aux efforts. Les pignons de vitesses sautaient allègrement dans les virages ! Ces ennuis mirent un terme au développement de la March 2-4-0.

Au Grand Prix de Belgique en juin 1977, la March réapparue dans sa configuration normale de 761 munie de quatre roues seulement.