Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Donald MacKenzie soutient Bernie Ecclestone au tribunal

F1: Donald MacKenzie soutient Bernie Ecclestone au tribunal

Par ,

D'après GMM

Le président de la CVC a témoigné en faveur de Bernie Ecclestone mercredi, dans le procès pour corruption qui se déroule à Münich.

Le co-fondateur de la CVC, qui détient les droits commerciaux de la Formule 1, n'est pas toujours d'accord avec le controversé dirigeant de la F1, et a même prévenu Bernie Ecclestone d'un risque de licenciement selon le verdict du procès pour corruption de Gerhard Gribkowsky.

Donald MacKenzie était appelé comme témoin mercredi, et a soutenu la ligne de défense de Bernie Ecclestone.

L'acte d'accusation dit que Bernie Ecclestone a soudoyé le banquier allemand afin qu'il vende la F1 à un certain acheteur et qu'il reste aux commandes de la catégorie.

Mais Donald MacKenzie témoigne que Bernie Ecclestone n'a jamais demandé que le rachat par la CVC implique qu'il reste le directeur général de la Formule 1.

« À aucun moment, il n'a dit qu'il s'attendait à ça », de dire le président de la CVC au tribunal.

MacKenzie précise qu'Ecclestone lui avait dit : « Si vous voulez de moi, je pourrais être disponible. Et comme il n'a jamais démontré d'intérêt et qu'il ne négociait rien, nous lui avons soumis un contrat de service ».

Donald MacKenzie a également soutenu les affirmations des avocats d'Ecclestone sur le caractère de Gribkowsky, le décrivant comme « arrogant et très sûr de lui ».

Mackenzie a également nié que Bernie Ecclestone était heureux si la CVC achetait les droits commerciaux de la F1 pour un petit prix, tant qu'il restait au pouvoir.

Durant une négociation, le président de la CVC a rappelé avoir évalué les droits commerciaux à un milliard de dollars.

« Il (Ecclestone) a éclaté de rire pour souligner que je ne devrais pas perdre son temps ni celui des actionnaires », de témoigner le Britannique.

MacKenzie dit qu'Ecclestone lui a glissé un morceau de papier sur la table contenant les mots : « 2 milliards ».