Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Ferrari en crise d'identité après le départ de son président

F1: Ferrari en crise d'identité après le départ de son président

Par ,

D'après GMM

Même avec une prime de départ de 35$ millions, Luca di Montezemolo avait la larme à l'oeil mercredi, en faisant ses adieux à Ferrari.

Bien que président de la marque et présent à Maranello depuis des décennies, la tête de l'Italien a roulé pour la crise profonde que vit Ferrari.

« Notre désir commun de voir Ferrari exprimer son véritable potentiel sur la piste nous conduit à beaucoup d'incompréhensions », de dire Sergio Marchionne, le président de Fiat et successeur de Luca di Montezemolo.

Le charismatique président de Ferrari part avec une prime de 27 millions d'euros et une clause d'impossibilité de travailler pour un concurrent de Fiat jusqu'en 2017.

Montezemolo a admis mercredi qu'il est possible qu'il prenne la direction de la compagnie aérienne Alitalia.

F1 Sergio Marchionne Ferrari Luca di Montezemolo
Sergio Marchionne et Luca di Montezemolo, Ferrari. (Photo: WRi2)

L'Italien quitte Ferrari en laissant le nouveau venu Marco Mattiacci diriger l'équipe seul.

Cependant Montezemolo et Marchionne ont tous deux pointé du doigt le moteur V6 turbo hybride, comme le plus gros problème à résoudre.

« Il est très clair que nous avons un problème de moteur », de souligner Sergio Marchionne.

« Nous avons sous-estimé l'importance du nouveau système moteur », d'ajouter Luca di Montezemolo.

De son côté, Fernando Alonso a perdu la même journée Luca di Montezemolo et un autre allié en la personne du président de Santander, Emilio Botin, décédé mercredi.

Est-ce que cette semaine serait la goutte d'eau pour le frustré Espagnol ?

« Il a été très fidèle à Ferrari, en restant dans les moments difficiles », de commenter Daniel Ricciardo sur la chaîne Servus TV.

« C'est évidemment une décision que seul Fernando peut prendre, mais il a été très patient avec eux », d'ajouter le pilote Red Bull.

Proche de Kimi Räikkönen, Toni Vilander croit que la nouvelle de mercredi n'a pas été un choc pour les pilotes Ferrari.

« Je pense qu'ils étaient au courant depuis un certain temps. Je ne crois pas que ça va affecter énormément leur situation », de dire Vilander sur MTV3.

D'autres initiés de la F1 voient la situation de Ferrari comme une spirale descendante.

« Je crois que la structure qu'ils avaient avec Jean Todt, Ross Brawn, Rory Byrne, Nigel Stepney et les autres, est très très différente de ce que nous voyons maintenant », de déclarer le dirigeant de Caterham, Colin Kolles.

Bernie Ecclestone accuse le coup avec le départ de Luca di Montezemolo.

« Pour moi, son départ me fait la même chose que la mort de M. Enzo (Ferrari). Il était devenu Ferrari. Vous le voyez, vous voyez Ferrari », de commenter le grand chef de la F1.

F1 Luca di Montezemolo Ferrari Marco Mattiacci
Luca di Montezemolo et Marco Mattiacci, Ferrari. (Photo: WRi2)

L'ancien président de la FIA n'a jamais été proche avec Montezemolo et croit que c'est un tournant pour l'équipe légendaire.

« En vérité, Ferrari n'a plus jamais été tout à fait la même depuis que Jean (Todt) est parti. S'ils veulent gagner des courses à nouveau, ils ont besoin de trouver un autre dirigeant hors pair », de dire Max Mosley à Reuters.

Une chose cependant reste claire depuis mercredi, l'équipe Ferrari seule ne va nulle part.

« Montezemolo m'a expliqué que nous sommes liés par des contrats avec Ecclestone pour rester en F1 jusqu'en 2020, au moins. Mais ça devrait être beaucoup plus, selon moi. Si ça ne tenait qu'à moi, ce serait 120 ans », de conclure Sergio Marchionne.