Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Gian Carlo Minardi croit que les voitures 2014 peuvent être dangereuses

F1: Gian Carlo Minardi croit que les voitures 2014 peuvent être dangereuses

Par ,

Propriétaire de l’ancienne écurie de Formule 1 Minardi, Gian Carlo Minardi, a déclaré lors d’une interview, croire que les nouvelles voitures de F1 turbo hybrides peuvent être dangereuses, mais personne ne semble s’en préoccuper.

Après les premiers essais hivernaux tenus sur le circuit de Jerez, Minardi s’est exprimé sur ces nez étranges des nouvelles F1, affirmant qu’ils pourraient être dangereux en cas d’impact latéral ou de collision arrière.

« Qu’en est-il de la sécurité des voitures de F1 aujourd’hui ? On n’entend parler que des moteurs turbos et de la fiabilité, mais seul Adrian Newey a parlé de la sécurité », de dire Minardi dans une interview publiée sur le site Minardi.it.

« J’aimerais savoir si tout est sous contrôle, et j’aimerais l’entendre de la part de la FIA. La Formule 1 subit des changements majeurs cette saison, qui, en retour, peuvent être dangereux. C’est le cas avec ces nouvelles batteries qui, si elles surchauffent, peuvent prendre feu sans crier gare », a-t-il ajouté.

L’ancien patron d’écurie a ajouté ne pas être convaincu que les commissaires de pistes soient suffisamment bien entraînés pour intervenir lors d’une panne de ces voitures. Chaque monoplace de F1 doit arborer une série de lumière DEL qui indiquent s’il est sécuritaire de la toucher.

« Savent-ils avec précision comment intervenir ? Savent-ils quelle lumière leur indique qu’ils peuvent toucher à la voiture ? » se questionne Minardi.

« Et c’est sans compter les problèmes d’expédition. Auparavant, les batteries étaient plus compactes et moins avancées technologiquement. Elles étaient expédiées dans des boîtes prévues à cet effet. Par contre, maintenant, elles doivent être placées dans des caissons spéciaux, peu importe le moyen de transport des voitures, que ce soit en camions ou en avion », de dire Minardi, soulignant que cela allait à l’encontre du désir de limiter les coûts en F1.