Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: La Scuderia Ferrari nie les propos tenus par Charlie Whiting

F1: La Scuderia Ferrari nie les propos tenus par Charlie Whiting

Par ,

D’après GMM

Dans une bataille des mots, la Scuderia Ferrari a nié les propos tenus plus tôt cette semaine par Charlie Whiting qui indiquaient que la FIA avait « immédiatement » demandé à Fernando Alonso de laisser repasser Robert Kubica au Grand Prix de Grande-Bretagne.

L’écurie italienne avait blâmé la FIA, clamant qu’elle avait pris trop de temps à prendre sa décision lorsque Alonso a doublé Kubica en coulant à travers le gazon.

Deux jours plus tard, Charlie Whiting, directeur de la course, déclarait qu’il avait contacté Ferrari à trois reprises par radio pour signifier que le dépassement était illégal et que l’Espagnol devait laisser passer la Renault du Polonais.

Mais vendredi, le gérant de l’écurie, Massimo Rivola, a contredit Whiting.

Il affirme que le directeur de course lui a indiqué que toute cette affaire serait revue par les commissaires après la fin de la course.

« Nous ne voulons que rectifier les faits et démontrer que nous ne sommes pas fous, » de déclarer Rivola au journal La Stampa.

Rivola dit avoir demandé à Whiting après le dépassement d’Alonso dans le gazon ‘Que devons-nous faire ?’, et Whiting ne lui aurait répondu que deux minutes plus tard.

« Une minute et 55 secondes plus tard n’est pas ce que je qualifie ‘d’immédiatement’, » de rétorquer Rivola.

À ce moment, Alonso et Kubica luttaient contre Jaime Alguersuari et Rubens Barrichello.

Rivola aurait alors contacté de nouveau Whiting pour demander si Alonso devait laisser passer plusieurs rivaux. Peu après, Kubica abandonnait.

La Stampa ajoute que Ferrari était inquiète de la tournure des événements, car des pièces de l’aileron arrière de la Sauber de Pedro de la Rosa jonchaient la piste et la FIA ne semblait pas réagir.

Puis, les stratégistes de Ferrari ont déterminé qu’en purgeant un passage dans les puits, Alonso ne perdrait que 3 ou 4 places. Mais c’est à ce moment que la Voiture de sécurité est entrée en piste, reléguant l’Espagnol à l’arrière du peloton et ruinant sa course.

« C’est donc dire que durant deux minutes, la course a été disputée dans des conditions dangereuses, » de conclure Rivola.