Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: La surprenante Arrows A2 qui a inspiré la Ferrari F10

F1: La surprenante Arrows A2 qui a inspiré la Ferrari F10

Par ,

Certains articles techniques de Formule 1 suggèrent que le moteur V8 de la nouvelle Ferrari F10 est boulonné à la monocoque avec un angle de 3,5 degrés. Cela n’est pas nouveau, la Arrows A2 de 1979 possédait déjà cette caractéristique.

Riccardo Patrese au volant de la Arrows A2 lors de son premier Grand Prix à Dijon-Prenois en France.

Si on regarde la voiture de profil, le moteur et toute la transmission remontent vers l’arrière, dégageant ainsi le fameux diffuseur qui génère l’effet de sol. Plus il y passe d’air, plus il génère de la succion.

La Arrows A2 de la saison 1979 a été conçue par Dave Wass et Tony Southgate. Comme Colin Chapman a voulu faire avec la Lotus T80, Wass et Southgate désiraient créer une voiture qui serait en fait un gigantesque aileron inversé qui générerait une succion énorme.

L’effet de sol devait être si puissant que la A2 devait, à l’origine, se passer d’ailerons traditionnels. Ce ne fut pas le cas, et les ailerons poussèrent rapidement.

Le pompage aérodynamique faisait rebondir la voiture...

Le moteur Ford Cosworth DVF V8 était incliné, comme semble l’être celui de la Ferrari F10 de 2010.

La Arrows A2 générait comme prévu beaucoup de succion, mais le centre de pression aérodynamique variait selon la garde au sol de la voiture. Ainsi, la tenue de route changeait au passage de chaque bosse.

Pire, la voiture pompait énormément en ligne droite. Sous l’effet de la succion, la voiture s’écrasait sur ses suspensions jusqu’à ce qu’elle rebondisse violemment une fois qu’elle était bloquée en butée. Et ce, plusieurs fois par seconde!

« Nous avions trop de problèmes avec cette voiture, » a déclaré un de ses pilotes à l’époque, Riccardo Patrese.

« Le moteur et la boîte de vitesses étaient inclinés, ce qui haussait le centre de gravité à l’arrière de la voiture. Sa tenue de route était imprévisible ».

La Arrows A2 avec un aileron arrière traditionnel.

« La A2 partait d’un concept génial, » de dire Alan Rees, directeur de Arrows en 1979.

« Le moteur et la boîte étaient inclinés afin de dégager les pontons et procurer un avantage aérodynamique. Mais le centre de gravité et le centre de roulis étaient rendus beaucoup trop hauts ».

Il sera fascinant de constater comme Ferrari a pu résoudre ces problèmes liés à un moteur incliné, si c’est le cas.


photo:WRI2