Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: L'accident de Robert Kubica soulève le dilemme des activités des pilotes de F1

F1: L'accident de Robert Kubica soulève le dilemme des activités des pilotes de F1

Par ,

Adapté de GMM

Le pilote Lotus Renault devait-il participer à une telle compétition en début de saison ?

Des photos et vidéos montrent qu'une barrière de sécurité a traversé la voiture de l'avant vers l'arrière. Son co-pilote critique les conditions de la route et la sécurité des voitures en cas d'impact frontal.

Mais d'autres personnes argumentent que Robert Kubica n'aurait pas dû participer à une course de rallye entre deux séances d'essais de pré-saison.

Le triple champion du monde Sir Jackie Stewart dit dans le Telegraph : « Il faut protéger son investissement. C'est tout un défi d'empêcher un pilote de faire des choses que je pense imprudentes à l'entame d'une saison de F1 ».

Cependant Éric Boullier, patron de Lotus Renault, GP maintient que la liberté de pouvoir faire du rallye est importante pour Robert Kubica, qui n'avait pas pu le faire durant des années de par les clauses de son contrat avec BMW.

L'ancien patron de BMW-Sauber, Mario Theissen, explique à l'Associated Press: « Quel est l'intérêt d'obliger d'importantes normes de sécurité en F1 si un pilote va se blesser sérieusement dans une autre catégorie ? ».

Mario Theissen ajoute qu'il a toujours de la « sympathie » pour la passion de Robert Kubica, mais « un pilote est la clé du succès en F1. Il est le seul à pouvoir transformer les efforts considérables de centaines de personnes d'une équipe en un résultat ».

Eric Boullier défend la position de Kubica par rapport au rallye dans le quotidien sportif L'Equipe : « Il aurait pu aussi se faire frapper par un bus en allant chercher du pain ».

Martin Brundle pense qu'il était « fou » de la part de Kubica de participer à un rallye entre deux séances d'essais de F1, et le pilote canadien Patrick Carpentier approuve.

Dans le journal québécois Rue Frontenac, il déclare : « S'il y a quelqu'un à blâmer, ce serait l'équipe qui n'aurait jamais dû l'autoriser (à faire du rallye). Tout particulièrement si proche du début de saison et entre deux séances d'essais. Ce n'est pas la bonne période ».

La voiture de Robert Kubica après l'accident (Photo: Associated Press)