Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Le Circuit de Catalunya une sacrée piste

F1: Le Circuit de Catalunya une sacrée piste

Par ,

Le Grand Prix d'Espagne a lieu au Circuit de Catalunya depuis 1991. La piste a aussi notamment joué l'hôtesse d'une épreuve cycliste lors des Jeux Olympiques de 1992. Pour les pilotes de F1, ce n'est pas un tracé comme les autres.

Ses virages rapides et sa surface particulière font du circuit un endroit privilégié pour effectuer des essais. En 2012, deux des trois événements pré-saison y ont eu lieu. Jenson Button et Lewis Hamilton par exemple, ont déjà couvert 3 500km là-bas.

Les pilotes McLaren Jenson Button et Lewis Hamilton (Photo: WRi2)
Button : « Ouais, moi j'ai fait 3 500km ici cette année. Toi? » (Photo: WRi2)

Nécessairement, cette expérience joue sur le déroulement de la course.

« Barcelone est un drôle de circuit : on y va tellement souvent pour des essais que chacun la connaît comme le fond de sa poche, mais ça ne la rend pas plus facile à négocier », explique Button.

« Parce qu’on peut éliminer tellement de variables, il faut que chaque détail soit parfait. Tous les défauts sont amplifiés en somme. »

Ceci dit, il reste tout de même une variable que pas même les équipes de pointe ne peuvent influencer : le vent. Comme le remarque le double champion du monde Sebastian Vettel, il faut faire attention, pour ne pas se laisser prendre au dépourvu.

Paul di Resta au volant de sa Sahara Force India, à Barcelone (Photo: WRi2)
Paul di Resta au volant de sa Sahara Force India, à Barcelone (Photo: WRi2)

« Tous les essais du monde ne vous permettront pas de prédire quand ou comment le vent peut changer de direction à Barcelone. Une vraie girouette…!

« Ça peut vous prendre par surprise, surtout dans le virage 1. »

Mais il n’y a pas que le comportement des voitures qui rende le Grand Prix de Barcelone particulier. Tout ce qui vient avant et après la fin de semaine la rend unique, puisque l’événement marque le début de la saison européenne.

Le coéquipier de Vettel chez Red Bull, Mark Webber remarque :  « Tout le monde peut mettre la main à la pâte, parce que les courses ne se déroulent plus aussi loin. »

Mark Webber (Photo: WRi2)
Mark Webber pourra enfin mettre la main à la pâte (Photo: WRi2)

Une réalité d’autant plus importante cette saison, du fait que les quatre premières épreuves ont donné lieu à beaucoup de changements dans la hiérarchie. Le retour à la « maison » devrait donner l’heure juste.

« Les quatre premiers grands prix ont été fantastiques », se rappelle Norbert Haut, patron de la compétition chez Mercedes-Benz.

« Six équipes et huit pilotes différents en tout sont montés sur le podium – un pilote de plus que durant la saison 2011 au grand complet – et on a connu quatre différents vainqueurs pour la première fois en près de 30 ans.

« Impossible de demander mieux. »

Source: Compelo.co