Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Le Grand Prix de Belgique menacé

F1: Le Grand Prix de Belgique menacé

Par ,

D’après Le Soir

Le journal belge Le Soir dévoile que la tenue du Grand Prix de Belgique, tenu sur le majestueux tracé de Spa-Francorchamps, est sérieusement menacée.

Selon le journal, le Conseil d’État a suspendu le permis unique permettant l’exploitation, jusqu’en 2026, du circuit de Spa-Francorchamps et de ses installations annexes.

Cette décision intervient plus de deux ans après l’introduction d’une plainte déposée par des riverains du circuit et l’asscoiation ‘Sourdine’.

Ces opposants, qui dénonçaient les nuisances sonores, avaient introduit leur requête en juin 2007 en vue d’obtenir la suspension du permis unique délivré par le ministre du Développement territorial de l’époque, André Antoine, autorisant l’exploitation du circuit et la réalisation de travaux de transformation, entre-temps terminés.

En 2007, le ministre avait conditionné l’exploitation du circuit à la réalisation d’une étude technico-économique pour évaluer l’impact du bruit sur l’environnement. Elle avait été confiée à l’université de Liège.

Dans son arrêt, le Conseil d’Etat souligne que « si elle existe, l’étude d’incidence sur l’environnement est gravement insuffisante et lacunaire », ajoutant que les conditions imposées en matière de limitation du bruit « ne permettent pas de garantir que l’exploitation du circuit (…) ne générera pas un préjudice grave difficilement réparable ».

Le Conseil d’État a dès lors suspendu le permis d’exploitation du circuit.

Du côté du circuit, « c’est la surprise », a avoué Pierre-Alain Thibaut, son directeur, en pleine réunion de crise.

Dans les pages du journal, celui-ci s’étonne : « Depuis le dépôt de la plainte, la situation a changé : le circuit a beaucoup travaillé pour réduire les nuisances sonores, et les relations avec les riverains se sont améliorées. »

Pour lui, la situation est « épineuse » : « Nous avons pris des engagements vis-à-vis de toute une série de personnes, que nous devons respecter sous peine de devoir payer des dommages et intérêts. Plus largement, c’est toute la viabilité du circuit qui risque d’être remise en cause. »


photo:WRI2